La Première

Serge Thiry, l'ancien détenu qui a suivi la voie de la résilience et a fondé son ASBL : "Je voulais me rendre utile"

© Tous droits réservés

14 nov. 2022 à 07:20Temps de lecture2 min
Par Erin Gérard

Après 27 ans de prison, Serge Thiry veut se rendre utile. Avec son ASBL Extra Muros, il organise des activités pour lutter contre l’exclusion et sensibilise les jeunes aux dangers de la délinquance.

Inclusivité. C’est le mot d’ordre de l’ASBL Extra Muros et de son fondateur, Serge Thiry. Après 27 ans en cellule, l’ancien détenu sait ce que le mot 'exclusion' signifie, il connait la peine qu’elle cause. Aujourd’hui, Serge Thiry a choisi la voie de la résilience et s’investit dans son ASBL. "Je veux me rendre utile", dit-il. 

L’association, fondée en 2004, organise plusieurs activités qui s’articulent autour d’un même objectif : lutter contre l’exclusion, sous toutes ses formes. Pour cela, Serge Thiry écume les écoles, les universités et même les IPPJ. "Il était important que mon vécu chaotique puisse un jour devenir quelque chose de positif. Pouvoir le partager avec les jeunes, être une sorte d’exemple à ne pas suivre, les mettre en garde : c’est mon objectif.", explique-t-il.

Cette volonté d’inclusivité se manifeste également lors des activités organisées par l’ASBL au cours desquelles des personnes à mobilité réduite se mêlent aux personnes valides. Au programme : promenades dans les bois, chaussures de marche et fauteuils de randonnée, plus communément appelés joëlettes.

L’entraide au cœur de l’association

"J’ai tout de suite aimé cette idée d’entraide au sein de l’association", explique Joris, membre de l’ASBL. Le jeune homme a rencontré Serge Thiry lors d’un voyage scolaire et l’histoire étonnante du fondateur d’Extra Muros lui a donné envie de s’investir. "C’est super pour les jeunes en décrochage, ou un peu perdus. Ça leur permet de relativiser et de voir ce qui est vraiment important", poursuit-il.

Naomi aussi s’est laissée séduire par le projet de l’association. En 2016, un peu par hasard, elle s’est retrouvée dans l’une de leurs joëlettes. "J’étais très stressée. J’avais peur que l’on ne me comprenne pas, peur de rester en retrait, peur de l’inconnu", se souvient-elle. A l’évocation de ces excursions, son émotion est palpable : "C’était la première fois que je me baladais en forêt, j’étais si heureuse !".

Depuis, Naomi prend part à toutes les activités. A chaque événement, la jeune femme rayonne et illumine l’assemblée de son sourire radieux. C’est ce que l’on remarque en premier, avant la chaise roulante sur laquelle elle est assise. Tout chez elle semble crier : "Je suis fière de la personne que je suis. C’est ce qu’Extra Muros m’a appris."

"C’est comme une deuxième famille"

L’été, elle part même en vacances avec les membres de l’association. Le feu de bois crépite, les rires se mêlent aux chants et les soirées ont un goût de liberté. "C’est comme une deuxième famille", affirme-t-elle. "Avec eux, tout est possible. Ils me poussent dans les collines du borinage, ils me portent au sommet des belvédères, ils me parlent et m’écoutent... Ils ne me réduisent pas à mon handicap."

Parfois, la jeune femme accompagne Serge dans les écoles, pour partager son expérience. D’après elle, il est important d’oser en parler. "Souvent, les personnes à mobilité réduite ont honte de leur différence. Elles n’osent pas aller vers les gens et les personnes valides ne font pas le premier pas. Mais il ne faut pas que cette différence nous éloigne", explique-t-elle. "Extra Muros, c’est un moyen de prouver, qu’ensemble, on est plus fort."

L’ASBL Extra Muros porte surtout un message d’espoir : "Il n’est jamais trop tard"

Son histoire, Serge la raconte avec résilience, dans un podcast en 10 épisodes.

► Ecoutez les 10 épisodes du podcast sur Auvio.

Après les murs : chapitre 1

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous à la newsletter LaPremière!

Info, culture et impertinence au menu de la newsletter de La Première envoyée chaque vendredi matin.

Sur le même sujet

La prison de Forest, bientôt un musée ?

Un jour dans l'histoire

Articles recommandés pour vous