Tipik - Pop Culture

Sexualité et féminisme au micro d’Emily Ratajkowski dans son nouveau podcast

© Getty Images / Kristy Sparow

Par Maïna Boutmin via

Je suis Emily Ratajkowski, alias Emrata, et vous écoutez High Low : le podcast où nous parlons de choses sans prétention, avec prétention, et vice versa.

Ce sont les phrases d’introduction que l’on a pu entendre dans les deux premiers épisodes du podcast de la mannequin américaine sortis cette semaine. Depuis quelques années déjà, la jeune maman star multiplie ses interventions exprimant ses positions féministes. Elle déclarait notamment sur Tiktok en octobre " MeToo n’a rien changé, la seule chose que nous avons sont des hommes qui ont peur des conséquences de leurs actions, et non des hommes qui ont changé par empathie, parce qu’ils ne veulent pas faire du mal aux autres."

Sur le même réseau social elle a récemment fait parler d’elle, une vidéo qui demandait : "Si vous vous identifiez comme bisexuelle, possédez-vous un canapé en velours vert ?" En réponse, elle se filme, silencieuse, assise sur son canapé en velours vert. Questionnée sur ce coming-out dans le magazine de mode Harper’s Bazar, elle avait précisé : "Je pense que la sexualité est un spectre fluide. Je ne crois pas vraiment en l’hétérosexualité."

Pour son premier épisode de podcast, c’est avec sa meilleure amie Barbara Knapp que la discussion s’entame. La thématique :"Faut-il coucher le premier soir ?"
Sujet largement couvert par les magazines féminins des années 2000, l’actrice lui donne cette fois une dimension politique. Les deux femmes s’interrogent sur cette situation banale des rendez-vous amoureux et l’éclaire à la lumière du genre et des dynamiques de pouvoirs qui s’y jouent. Elles y abordent notamment le cliché sexiste de la "fille facile", et Emily Ratajkowski se confie sur la sensation d’être prise pour un trophée voire un objet : "Je déteste quand je sens qu’une partie de la personne a une sorte de vibration : 'Ouais, je l’ai eue'. Même s’il n’est pas le genre de type à le dire à voix haute, on peut le sentir. C’est une raison pour ne pas coucher avec un homme." estime-t-elle. Finalement, elle conclut que pour reprendre son pouvoir il faut accepter de renoncer à être aimée et validée par les hommes.

Loading...

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma... Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous