La Grande Forme

Sexualité : quelles peuvent être les zones érogènes hors zones génitales ?

Quelles peuvent être les zones érogènes hors zones génitales ?

© Adam Burn - Getty Images/fStop

16 avr. 2021 à 14:00Temps de lecture2 min
Par Sophie Businaro

Si certaines zones comme le clitoris ou le pénis sont le plus souvent associés au plaisir, d'autres zones peuvent l'être également mais sont moins stimulées. Éléments d'information avec Alexandra Hubin, sexologue référente de l'émission "La Grande Forme".

Certains endroits du corps auxquels on ne pense pas forcément peuvent être sensibles aux caresses durant les préliminaires. Les zones érogènes sont multiples et ne se résument pas au clitoris ni au pénis pour susciter plaisir et désir. Alexandra Hubin fait le point dans "La Grande Forme".

  • Nos zones érogènes correspondent-elles à nos organes sexuels ? 

Non, les zones érogènes correspondent aux parties de notre corps à la sensibilité exacerbée, qui, lorsqu'elles sont stimulées peuvent provoquer une excitation sexuelle. Résultat : on fait souvent le raccourci en se disant que le sexe féminin ou masculin est la seule zone érogène alors qu'en réalité, tout notre corps à ce potentiel-là ! Il faut investir tout le corps et ne pas se limiter aux zones sexuellesL'intégralité de notre corps est érogène ! 

  • Les femmes ont-elles plus de zones érogènes que les hommes ? 

Non mais c'est sans doute l'un des plus grands stéréotypes de la sexualité. Soi-disant, les hommes ne réclament des caresses que sur les parties génitales et les femmes voudraient qu'on caresse tout leur corps. Pourtant, chez les hommes comme les femmes, le plaisir peut se trouver en stimulant diverses zones du corps. Ces explorations permettent une déconnexion du contexte extérieur et une connexion au plaisir. De plus, le fait d'être dans une progression va empêcher l'homme d'éjaculer précocement car cela lui permet de mieux gérer l'excitation sexuelle, c'est une sorte de gymnastique pour les hommes comme pour les femmes.

À la découverte des zones érogènes

  • Comment peuvent faire les couples qui ont délaissé certaines zones érogènes ? 

C'est dommage d'aller droit au but, sous prétexte que la vie quotidienne est fatigante et qu'il faille tout faire vite car on se prive alors de beaucoup de plaisir. Pour aider ses patients à trouver les zones érogènes, Alexandra Hubin leur propose de faire l'exercice du sensate focus, mis au point dans les années 60 par Masters et Johnson (héros de la série Masters of sex). Cela consiste à toucher et être touché, faire un focus sur l'entièreté du corps. Ils ont eu l'idée d'interdire de stimuler les zones génitales, de provoquer un plaisir intense sans caresser ces zones-là, ça invite à une vraie exploration, une montée du désir jusqu'au moment où on craque. Ils préconisent l'un qui donne, l'autre qui reçoit puis on inverse ! Le but est d'être dans la dynamique de connexion. Les patients de notre sexologue lui rapportent alors des découvertes fabuleuses comme une grande sensibilité au creux du genou, la nuque, l’oreille,  le cuir chevelu, etc.

  • Les hommes sont-ils également sensibles des mamelons ?

Vrai, leurs mamelons ne sont pas souvent investis alors que la réactivité est autant présente chez l'homme que chez la femme. Cette érection (car c'en est une), s'appelle le thélotisme. Sous l'effet de l'excitation, du froid ou d'un contact, les muscles de l'aréole se contractent et provoquent cette turgescence du mamelon et cette érection réflexe du téton, chez les femmes comme les hommes. Il n'y a donc pas que les femmes qui peuvent "pointer". À tenter !

La Grande Forme, c’est du lundi au vendredi de 13h à 14h en direct sur VivaCité. Vous avez manqué l'émission ? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio.

Loading...

Sur le même sujet

Les algues et leurs bienfaits : pourquoi et comment en manger ?

La Grande Forme

Articles recommandés pour vous