RTBFPasser au contenu
Rechercher

Le Scan

Shein, des vêtements de qualité douteuse pour trois fois rien

Shein est aussi la cible d'activistes écologistes. Le mouvement Extinction Rebellion a manifesté à Toulouse devant un pop-up store de Shein, ce 28 mai, afin de dénoncer les problèmes environnementaux soulevés par l'existence même de la marque.
13 juin 2022 à 04:00 - mise à jour 14 juin 2022 à 04:04Temps de lecture3 min
Par Simon Breem avec Maurizio Sadutto

Le Scan s'est penché sur une marque qui fait un carton chez les jeunes : Shein, enseigne chinoise de la fast fashion, qui propose des vêtements à des prix dérisoires et des collections renouvelées en permanence. Mais la qualité des articles est évidemment très médiocre. Et l'empreinte écologique de la marque, colossale. Pourquoi le succès de Shein est une mauvaise nouvelle ? Reportage.

Ultra-fast fashion

Vous avez peut-être entendu parler de cette marque chinoise d’ultra-fast fashion, appelée Shein. Prononcez "chiin" et pas "chaïne". En anglais, c'est la contraction des deux mots "She" et "in".

Premier constat, sur le site de la marque, on trouve environ 500.000 vêtements différents, au prix moyen de 7 euros 50. Et plusieurs milliers de nouveautés sont proposées tous les jours.

Shein pèse plus que Zara et H&M réunis. C’est aussi l’une des enseignes les plus polluantes au monde. Elle vend en grande majorité aux moins de 25 ans. Et d’après une étude réalisée cette année, elle représente environ un quart des émissions de CO2 des adolescentes françaises.

Pourquoi un tel carton et à quel point est-ce un problème ?

Il y a quelques mois, sur TikTok, une jeune femme a posté une vidéo de sa robe de mariée achetée 43 euros sur Shein. Les gens hallucinent dans les commentaires et demandent la référence. C’est le buzz.

La meilleure chose à faire était de vérifier nous-mêmes la qualité de la robe. Nous l’avons donc commandée.

Une bonne semaine plus tard, la robe est arrivée. Nous la déballons en compagnie d’une créatrice belge de robes de mariée pour lui demander son avis sur la marchandise.

- Bonjour Valentine Avoh. Donc vous, vous créez des robes les plus éthiques possibles. Fabriquées ici, chez vous, avec des tissus naturels. Alors je vous laisse l’honneur d’ouvrir ce paquet et d’analyser un peu cette robe. Au niveau de la qualité, qu’est-ce que vous en pensez ?

"A mon avis c’est du polyester. Ce n’est pas une matière très luxueuse, les finitions ne sont pas hyper cachées, toutes les coutures sont apparentes. La robe n’est pas doublée. Donc on a ce pour quoi on paie, je vais dire."

Vue de plus près, la qualité ne fait aucun doute : médiocre. Les coutures sont apparentes, le vêtement n'est pas doublé.
Vue de plus près, la qualité ne fait aucun doute : médiocre. Les coutures sont apparentes, le vêtement n'est pas doublé. © Tous droits réservés
Sans grande surprise, la matière n'est pas des meilleures pour une robe de mariée, c'est 100% Polyester.
Sans grande surprise, la matière n'est pas des meilleures pour une robe de mariée, c'est 100% Polyester. © Tous droits réservés

- Quelle est votre réaction en découvrant que ça existe, des robes de mariées à 40 euros ?

"C’est toujours un peu surprenant, même si on sait qu’il y a des robes à ces prix-là. Mais quand on voit une robe de mariée en connaissant le temps de travail nécessaire, c’est toujours un peu choquant."

Pour la qualité, on est donc loin des standards de base.

Inconfortable à porter, impossible à recycler

Et si on l'essayait ?

Notre stagiaire, Céline, a bien voulu se prêter au jeu et essayer la robe.

- En termes de confort, tu me disais que ce n’est pas ça non plus ?

"Elle est horrible. Que ce soient les bretelles ou la fermeture-éclair, ça ne ferme pas."

On constate aussi assez vite que le bas de la robe commence à s’effilocher! Ce qui est quand même dommage pour un vêtement porté pour la première fois. On pouvait cependant s’y attendre avec un tissu de cette qualité. On peut donc complètement oublier le recyclage ou la seconde main.

Un business model sans éthique

Tout ceci est la conséquence de leur business model : Shein propose énormément de vêtements de mauvaise qualité à très bas prix plutôt que quelque chose de plus cher mais qu’on garde plus longtemps…

L’autre problème avec Shein, c’est donc aussi la surconsommation. Comme ces vêtements coûtent trois fois rien, on achète énormément, quitte à parfois ne même jamais porter certaines pièces.

Ingrid Van Langhendonck, la rédactrice en chef de SoSoir : "C’est la société de consommation dans ce qu’elle a de plus horrible.", explique-t-elle, "On crée une envie permanente chez les gens d’acheter sans cesse des nouvelles choses dont ils n’ont pas besoin, sans aucune réflexion globale sur les personnes qu’il y a derrière, sur le travail réalisé… Ce n’est pas du tout comme ça qu’on créait des vêtements il y a 30 ans, 50 ans, ou même encore il y a 10 ans."

Loading...

En ce qui concerne les conditions de travail, celles des ouvriers de Shein sont catastrophiques. Semaines de 75 heures, un seul jour de repos sur le mois, contrats inexistants… La marque a même dû retirer de son site des fausses certifications, en ce qui concerne l’esclavagisme et le travail des enfants.

Impossible de contacter Shein pour leur donner la parole. Ils n’ont jamais voulu nous répondre. Ils refusent d’ailleurs toute demande de tournage.

Si vous êtes de ceux qui souhaitent réduire leur empreinte carbone, acheter chez Shein n’est pas vraiment ce qu’il y a de mieux à faire. Certains l'ont bien compris. D’après l’étude dont nous parlions tout à l’heure, 13,5% des adolescents français ont fait au moins un achat sur Vinted, l’application de seconde main, entre avril 2021 et avril 2022.

Shein à la loupe

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Le coton labellisé "durable" en plein boom au Brésil

Ecologie

Zara vs Shein : le challenge qui illustre le triomphe de la fast fashion...

Mode

Articles recommandés pour vous