RTBFPasser au contenu
Rechercher

C'est vous qui le dites

Si des ados envoient des photos intimes, est-ce à cause des parents ?

30 mars 2022 à 09:27Temps de lecture2 min
Par C'est vous qui le dites

C’est un phénomène qui inquiète le psychopédagogue Bruno Humbeeck ce matin dans les éditions de Sudinfo. Les envois de photos intimes ou de poses érotiques via les réseaux se font désormais dès l’âge de 12-13 ans. Avec des résultats parfois épouvantables sur la santé mentale des jeunes, puisque ces photos destinées à rester privées se voient régulièrement diffusées et commentées sur la toile. Pour ces jeunes ados, c’est alors "l’ébranlement total", précise Bruno Humbeeck, qui pointe du doigt le rôle des parents, accusés de montrer le mauvais exemple en mettant leur intimité en avant sur les réseaux sociaux.

Si des ados envoient des photos intimes, c’est à cause des parents ? C’est la question que l’on vous posait ce matin dans "C’est vous qui le dites".

Voici quelques moments forts de l’émission…

© Tous droits réservés

"Elle l’a partagé aux garçons de la classe"

Sabrina, une auditrice d’Amay, est intervenue à ce sujet sur notre antenne : "En primaire, ma fille n’avait pas de téléphone et elle se faisait harceler. À la piscine, les filles étaient obligées de se changer dans une cabine toutes ensemble. Dans ce groupe, une des filles avait son téléphone et a pris une photo de ma fille nue. Elle l’a partagé aux garçons de la classe et l’année après, un des garçons l’a posté sur Facebook."

Reggie Casagrande – Getty Images

"Un outil qui peut se retourner contre eux"'

À Chimay, Emmanuel nous fait part de son avis : "12-13 ans, ce sont encore des enfants. Aujourd’hui, la société veut que nos jeunes soient en décalage avec l’éducation que nous avons reçu à leur âge. La responsabilité des parents est engagée dans le non-contrôle : on laisse des smartphones à des enfants alors que c’est un outil qui peut se retourner contre eux. De plus, les réseaux sociaux et les sites pornographiques sont aussi engagés dans cette responsabilité. Il y a une surenchère de la pornographie et les enfants y ont accès trop facilement."

Halfpoint Images – Getty Images

"Ils sont forcément confrontés à certaines images sur les réseaux sociaux"

Le débat se termine à Tournai avec Marie : "Je suis enseignante et je vois des enfants de 4e primaire qui ont déjà des smartphones et des comptes sur des réseaux sociaux comme Instagram et TikTok. Il n’est pas encore question d’envoi de photos intimes. Mais vers la 6e primaire, on les entend déjà parler de sexe et je trouve ça assez grave à cet âge. Ils sont forcément confrontés à certaines images sur les réseaux sociaux et il n’y a pas de limites imposées par les parents."

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C’est vous qui le dites" et à revoir l’émission sur Auvio. Nous vous donnons rendez-vous du lundi au vendredi de 9h à 10h30 sur VivaCité et La Une pour trois nouveaux débats.

Sur le même sujet

Face au Covid, est-ce que vous êtes prêts au retour de certaines restrictions ?

C'est vous qui le dites

1000 euros par mois pour tout le monde, est-ce que ça vous convient ?

C'est vous qui le dites

Articles recommandés pour vous