Psychologie

Si vous êtes sensible à la cause écologique, il y a des chances pour que vous soyez aussi plus empathique

Si vous êtes sensible à la cause écologique, il y a des chances pour que vous soyez aussi plus empathique.

© Westend61

13 sept. 2022 à 09:30Temps de lecture1 min
Par RTBF avec AFP

Vous êtes particulièrement sensible à la cause écologique ? Cela est peut-être davantage lié à votre niveau d'empathie qu'à vos opinions politiques, selon une étude américaine.

L'amour de la nature se confond avec l'intérêt porté aux autres

Avez-vous déjà prêté à l'attention particulière que portent la plupart des enfants à la nature ? Sensibles à ce spectacle qui s'offre à eux, ils montrent un réel intérêt pour tous les êtres vivants qui les entourent. Et certains ne perdent jamais cet amour profond pour la nature cultivé depuis l'enfance.

D'ailleurs, plus vous êtes empathique, plus vous avez de chances d'être sensibilisé à la cause écologique, selon une récente étude américaine. Réalisés par des chercheurs de l'université du Michigan, les travaux portent sur l'analyse de la réaction de plus de 600 personnes qui ont été invitées à regarder diverses photographies.

Si certaines images exposaient des paysages évoquant la destruction de la nature, d'autres montraient des scènes sans lien avec l'écologie comme des bébés en train de rire ou de pleurer, des soldats sur un champ de bataille ou encore des choses plus anecdotiques comme des crèmes glacées ou des liasses de billets de banque.

Et les convictions politiques ?

D'après l'étude, qui s'est également intéressée aux convictions politiques des sondés, certaines personnes se sont globalement montrées impassibles face aux images montrées, y compris celles qui n'avaient pas rapport avec l'environnement, ainsi que celles évoquant la souffrance humaine ou l'hédonisme.

Au vu de ces résultats, les chercheurs en ont déduit que l'impassibilité d'un individu peut être influencée par l'intensité de ses émotions et avoir une incidence directe sur son niveau d'engagement.

 En clair, plus une personne est sensible à ce qui l'entoure, plus elle pourrait être susceptible de défendre la cause écologique. 

"Les personnes moins empathiques ne répondront peut-être pas aux appels émotionnels pour aider un environnement en détresse", notent les chercheurs. Ces derniers soulignent la nécessité d'élaborer "d'autres stratégies pour atteindre un plus large public" en tenant compte de ces résultats.

Sur le même sujet

Ecologie et féminisme, et si on passait le cap ?

Les Grenades

L’écologie !? Bah. C’t’un truc de gonzesses non ???

Ensemble pour la planète

Articles recommandés pour vous