Sur un air de cinéma

Sigourney Weaver, la reine des aliens

Sigourney Weaver dans "Deal Of The Century"

© Getty Images / Archive Photos

Fille du président de la chaîne NBC Sylvester Weaver et de la comédienne anglaise Elizabeth Inglis, Sigourney Weaver suit des cours d’art dramatique dès le lycée, décroche son diplôme d’anglais à Stanford et s’inscrit à la Yale School of Drama de New York. Elle commence sa carrière artistique au théâtre puis à la télévision, avant d’effectuer ses premiers pas au cinéma sous la direction de Woody Allen qui la repère pour sa comédie dramatique Annie Hall (1977).

On la reconnaît d’ailleurs à peine dans le film !

Mais c’est en 1979, qu’elle crève l’écran avec "Alien", film de science-fiction de Ridley Scott qui engage cette grande brindille pour incarner l’héroïne astronaute, Ellen Ripley, une véritable battante qui bouscule un peu les codes attribués aux femmes jusque-là dans le cinéma. Dans ce film, l’actrice devra faire face au terrible Alien, la bête qui s’est mis en tête de tuer tous les passagers du vaisseau spatial, le Nostromo.

Succès de foule, le film devient une saga de plusieurs épisodes et assure le succès de Sigourney Weaver.

Parallèlement à ces prestations, les années 90 sont aussi marquées par ses personnages de femme abusée réclamant vengeance dans La Jeune fille et la mort (1994), de criminologue paranoïaque dans le thriller Copycat (1996), de sorcière dans Blanche-Neige : Le plus horrible des contes (1997) et d’une "spécialiste" de l’adultère dans The Ice Storm (1998).

Elle abordera également le genre comédies avec succès notamment dans "SOS Fantômes" d’Ivan Reitman (1984), film culte avec Dan Aykroyd et Bill Murray, les fameux Ghostbusters, chasseurs de fantômes. Le succès du film a d’ailleurs lancé une franchise avec un 2e film, des jeux vidéo et une série TV.

Mais le genre fantastique rattrape notre actrice en 2003 avec "Le Village" de M.Night Shyamalan ou encore "Avatar" de James Cameron en 2009, le plus gros succès commercial de tous les temps.

Sigourney Weaver a également été nominée trois fois aux Oscars, trois fois nominée aux Emmy Awards et nominée aux Tony Awards.

On lui a souvent collé dans sa carrière, des rôles de femmes battantes, mais comme elle le déclare elle-même :

"Jouer dans des films d’angoisse m’a un peu éloigné des histoires d’amour, pourtant je pense que je suis plutôt bonne dans les histoires d’amour mais l’une des raisons pour lesquelles on ne m’en propose pas c’est que je suis très grande. Je suis toujours plus grande que les producteurs et ils imaginent toujours des femmes plus malléables et donc de taille normale."

Pour parler de tous les grands rôles de Sigourney Weaver, qui ont marqué et l’histoire du cinéma et celle du box-office, Pascale Vanlerberghe reçoit son fidèle collaborateur, Monsieur pop culture, Kamal Messaouidi.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Alan Parker, réalisateur inclassable

Sur un air de cinéma

Articles recommandés pour vous