RTBFPasser au contenu
Rechercher

Viva +

Sim, le succès d'une tronche en biais

Actor and Humorist Sim

Le 19 avril 1981, Patrick Duhamel reçoit sur le plateau de l’émission de variété de la RTBF , " Chansons à la carte ", l’acteur, humoriste, chanteur et écrivain français, Simon Berryer, plus connu sous le pseudonyme de Sim, qui est en fait l’abréviation de son prénom. Là, je vous fait une grande révélation. Sim intervient généralement dans l’émission dans des sketches qu’il partage notamment avec son acolyte, Edouard Caillau. Mais ce soir-là, il vient présenter sa nouvelle chanson, " Quoi ma gueule ", enfin pas si nouvelle que ça. Un morceau d’anthologie !

Envie de plus d’archives : www.auvio.be/sonuma

Studio: Sim in France in December, 1993.
French actor Sim
French actor Sim

Simon Berryer est né le 21 juillet 1926 à Cauterets, au cœur du Parc National des Pyrénées. Son père, ingénieur travaille notamment pour le cinéma. A la naissance de son fils Simon, il est engagé comme électricien par le réalisateur Abel Gance pour son film " Napoléon ". Le 7ème art va marquer l’enfance et l’adolescence de Simon. D’abord, son oncle qui travaille à la Synchro-Standard à Paris l’emmène voir les premiers films parlants et ses parents, par la suite reprennent un cinéma dans la région de Nantes où le jeune homme exerce le métier d’opérateur. Profession qu’il pratique aussi à Rennes au cinéma " Le Royal " qui accueille également des spectacles de Music-Hall. C’est là que Simon découvre et s’extasie devant les prestations des stars de l’époque : Piaf, Chevalier, Bourvil, Montand et Henry Salvador. Il reste volontiers dans la salle après le spectacle pour produire sur la scène déserte ses propres sketches. Et ça marche! Repéré par des dénicheurs de talents, dès 1953, il décroche des contrats et présente un tour de chant comique dans les cabarets parisiens. Il est très souvent travesti. Il est engagé aussi avec le jeune Charles Aznavour, au Crazy Horse comme dresseur de tétons. Un chouette métier qui consiste à faire pointer les seins des filles. Et, ça ne s’invente pas. Sim et Aznavour qui sont la plupart du temps plus petits que les danseuses n’éprouvent aucune difficulté à s’acquitter de leur tâche. Bref, c’est un peu la galère pour l’artiste jusqu’au début des années 60.

Amour, gloire et pas beauté

Repéré par Jean Nohain, l’animateur qui met sur pied à la radio et à la télévision des émissions pour les enfants dans les années 60, Sim apporte sa pierre à l’édifice des programmes pour les enfants avant de devenir la baronne de la Tronche-en-Biais chez Guy Lux. Ce personnage grimaçant interpelle les réalisateurs comme Michel Audiard qui le sollicite pour jouer dans ses films : " Une veuve en or " en 1969 et " Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas…mais elle cause ". Dans la décennie suivante, il participe à des séries télévisées. On le voit notamment dans " La porteuse de pain " avec Martine Sarcey. En parallèle, il est le binôme d’Edouard Caillau dans l’émission de la RTBF " Chansons à la carte ". Il est régulièrement l’invité de Guy Lux et rejoint dès 1977, l’équipe des " Grosses têtes " et de " L’académie des neuf ". En 1981, il joue dans la comédie policière avec Romain Bouteille, " Les rats de cave ". En 1990, on le retrouve dans " La Vocce della luna " de Fellini. En 1999, il apparaît dans le film de Claude Zidi " Astérix et Obélix contre César " et en 2008, dans " Astérix et Obélix aux jeux olympiques " de Frédéric Forestier où il tient le rôle d’Agecanonix. Il joue aussi dans la série télé " Louis la brocante " aux côtés de Victor Lanoux qu'il retrouve régulièrement sur les planches. Sim est aussi l’auteur de nombreux ouvrages : " Elle est chouette ma gueule ", " Pour l’humour de dieu ", " Le petit Simon ". Il a aussi enregistré trois chansons : " J’aime pas les rhododendrons ", " Ma chemise grise " avec Patrick Topaloff et " Quoi ma gueule ", parodie de la chanson de Johnny Hallyday. L’humoriste au physique unique, pas commun succombe à une embolie pulmonaire le 6 septembre 2009. Il se plaisait à se moquer de son physique très éloigné des canons de beauté et de sa tronche. Il aimait à dire : " L’erreur est humaine. Regardez-moi ! "

Sur le même sujet

Les Bodin’s débarquent au Forum de Liège pour un spectacle inédit

Le 8/9

Le cuir de poisson, une solution durable pour la mode et les océans

Ecologie

Articles recommandés pour vous