RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Liège

Sm-ile : un sourire pour encourager les SDF liégeois à se soigner

Fanny et Camille travaillent depuis plusieurs années déjà avec les SDF liégeois
16 déc. 2020 à 07:23Temps de lecture2 min
Par Barbara Schaal

Cela fait quelques années qu’elles arpentent les rues de Liège, pour proposer leur aide aux SDF. Camille Delvoye et Fanny Caprasse, deux jeunes infirmières de moins de 30 ans viennent à présent de créer leur propre association. Elles comptent se consacrer exclusivement à la santé des sans-abri liégeois.

Elles ont baptisé leur asbl " Smi-le ", pour Service Mobile Infirmier liégeois. Mais en Anglais, " smile ", ça veut aussi dire " sourire ". Et c’est effectivement avec sourire et empathie que les deux jeunes femmes vont à la rencontre de ceux et celles qui vivent dans la rue.

Jusqu’ici, elles œuvraient pour l’association " Infirmiers de rue ", qui s’occupait principalement du relogement des SDF. Mais les deux jeunes femmes ont décidé de réorienter leur action. A présent elles veulent se consacrer uniquement à la santé des sans-abri, les encourager à se soigner, et toucher le plus de monde possible.

Depuis quatre mois, Stéphane souffre d’une vilaine plaie à la main. " Ça s’est infecté, puis il y a eu un abcès ", confie-t-il aux deux professionnelles de la santé. L’une des deux infirmières se saisit d’une lingette et entreprend de désinfecter la plaie.

Créer des ponts entre sans abris et structures de santé

" Fanfan, tu devrais montrer ça à un médecin ", conseille Camille Delvoye, qui commence à bien connaître Stéphane. " A un médecin ? Pour quoi faire ? ", rétorque celui-ci du tac au tac. " Parce que ça dépasse mes compétences ", répond l’infirmière, humblement.

Les pathologies rencontrées chez les personnes qui vivent dans la rues sont variées. " On peut avoir des pathologies aigues, un abcès, une plaie… Et puis on a tout ce qui est chronique, qui provient des conséquences de la vie en rue : des problèmes de foie ou de cœur. Il faut s’y prendre le plus tôt possible pour éviter que ça se dégrade trop vite ", détaille Fanny Caprasse.

Camille Delvoye et Fanny Caprasse se sont donné pour mission de créer des ponts entre les sans abris et les structures de santé. " L’idée c’est d’orienter les personnes sans abri vers les structures de santé adéquates en fonction de leurs besoins et de leurs conditions de vie ", explique Fanny Caprasse.

Une fragile relation de confiance

Une mission délicate, auprès d’un public pas toujours enclin à se soigner. " Il faut créer une relation de confiance avec la personne ", confirme Camille Delvoye. " On va lui proposer notre aide mais on ne peut pas la forcer avec quoi que ce soit. C’est seulement une fois que cette relation de confiance est établie qu’on pourra prendre en charge la personne au niveau de sa santé ", explique la jeune infirmière.

Finalement Stéphane, avec sa main blessée, finit par se laisser convaincre. Il ira bien consulter un médecin, à condition d’être accompagné des deux infirmières. " C’est plus rassurant que d’y aller tout seul. J’ai toujours eu une bonne entente avec ces deux demoiselles ", explique-t-il.

Articles recommandés pour vous