En exclu sur Auvio

"Small Axe", la mini-série de Steve McQueen sur le racisme systémique en Angleterre

© Tous droits réservés

Le réalisateur britannique Steve McQueen, oscarisé pour Twelve years a slave, raconte ici la vie et l’influence historique de la communauté antillaise de Londres des années 1960 aux années 1980. Cette collection sur le racisme systémique est à découvrir jusqu'au 1er août 2023 sur Auvio.

Avec cinq épisodes, plus de six heures d’images et vingt ans d’histoire oubliée, le cinéaste offre une fresque historique impressionnante. Produite par Amazon et la BBC, Small Axe mélange des histoires directement tirées de la réalité, comme le premier volet, Mangrove, avec des parties qui s’attachent à restituer l’atmosphère d’une époque, à l’instar de Lovers Rock.

Lui-même issu de cette vague migratoire caribéenne qu’a connue l’Angleterre durant les années 1950-1960, Steve McQueen réalise donc ici un projet particulièrement personnel. Il tenait à raconter ces histoires oubliées des livres d’histoire, et pourtant si importantes dans la culture britannique. Pour écrire ses scénarios, il a réalisé des centaines d’interviews et s’est quasiment mué en archiviste. Le metteur en scène expliquait au Festival du film de New York :

Les films de Small Axe racontent, comme d’autres, ce que c’est que d’être noir en ce monde.

Il voulait aussi montrer la réalité du racisme institutionnel au Royaume-Uni, incomparablement moins documenté par la télévision et le cinéma que son équivalent aux Etats-Unis.

Small Axe - Bande-annonce

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Une mini-série dédiée à George Floyd

Sortie en 2020, la mini-série a eu un écho particulièrement fort suite à la mort de George Floyd, et au mouvement Black Lives Matter. Malgré l’annulation du festival suite à la pandémie de Covid-19, deux films de la collection (Mangrove et Lovers Rock) ont été sélectionnés et "labellisés" par le Festival de Cannes. Suite à cette nomination, Steve McQueen avait voulu rendre hommage à George Floyd en lui dédiant Small Axe. Il racontait :

J’aurais voulu que George Floyd soit là aujourd’hui, mais il n’est pas mort en vain.

Et d’ailleurs, pourquoi ce titre ? "Small Axe" fait référence à la "petite hache" de la chanson éponyme de Bob Marley et à un proverbe jamaïcain, qui, à force de coups répétés, finit par abattre le "grand arbre" (big tree) de l’inégalité.

Un casting de haute volée

Le cinéaste a évidemment profité de ce projet pour offrir ces rôles d’une grande puissance à des comédiens noirs. "Au Royaume-Uni, il y a au moins deux générations d’acteurs qui n’ont jamais eu l’opportunité de briller", a-t-il expliqué. Parmi ces acteurs, on reconnaît notamment les deux jeunes stars du grand écran Letitia Wright (Black Panther) et John Boyega (Star Wars). On peut également citer Shaun Parkes, Amarah-Jae St. Aubyn, Micheal Ward, Sheyi Cole, Robby Gee, Kenyah Sandy, Sharlene Whyte…

Avec ce personnage, John Boyega a fortement impressionné la critique et ses pairs, puisqu’il a été récompensé du Golden Globe du Meilleur acteur dans un second rôle dans une mini-série. Il a également reçu le Critic’s Choice Award en 2021.

Les films de la collection Small Axe sont à découvrir jusqu’au 1er août 2023 en version multilingue sur Auvio.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous