Regions Hainaut

SNCB : une centaine de trains supprimés dès lundi, dont deux en Hainaut

©

03 déc. 2021 à 07:50Temps de lecture1 min
Par Thierry Vangulick, Florence Dussart
© Tous droits réservés

La SNCB annonce la suppression d’une centaine de trains entre le 6 décembre et le 12 décembre. En cause, le covid qui fait des ravages dans les rangs des cheminots. Avec 15% d’absentéisme, la SNCB affirme ne plus pouvoir assurer des services normaux et préfère donc supprimer des trains à l’avance pour que les voyageurs puissent s’organiser.

Parmi les lignes visées, plusieurs concernent Mons et Charleroi. Les trains IC entre Mons et Aulnoye (France) ainsi qu’entre Namur-Charleroi et Maubeuge (France) sont supprimés de manière provisoire (en semaine et durant le week-end).

"Ce n’est évidemment pas une décision qu’on prend de gaieté de cœur, explique Elisa Roux porte-parole de la SNCB. Pour nous organiser au mieux et éviter des suppressions inattendues en temps réel, qui seraient bien plus impactantes pour nos voyageurs -parce que ça ne leur permet pas de pouvoir s’organiser à l’avance- nous avons pris la décision de supprimer à partir de ce lundi 6 décembre, de manière temporaire bien évidemment, une centaine de trains parmi les 3800 qui circulent par jour."

Selon la SNCB, ce sont des trains qui circulent très tôt le matin, et qui sont peu fréquentés.

Et les navetteurs ?

Supprimer temporairement une centaine de trains, essentiellement tôt le matin sur des lignes hennuyères, faute de personnel suffisant, voilà qui n’étonne pas Gianni Tabbone porte parole de navetteurs.be. Ce qui l’interpelle par contre, c’est que ces suppressions s’ajoutent à dix-huit autres, à l’heure de pointe celles-là. "Ça commence à faire beaucoup" et les navetteurs se demandent si cette opération n’en cache pas une autre : "Il y a un gros souci, estime Gianni Tabone. Derrière cela, on sent qu’on réfléchit déjà du côté de la SNCB depuis quelques mois à "comment faire des économies"".

Les navetteurs interpellent le ministre fédéral de la mobilité Georges Gilkinet pour qu’il augmente la dotation de la SNCB, laquelle a déjà perdu 239 millions d’euros à cause de la pandémie. Histoire de ne pas l’inciter à faire des économies en supprimant de nouveaux trains.

Ecoutez ici notre reportage

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

La SNCB propose à nouveau une offre de transport quasi complète

À partir d’aujourd’hui, il y aura plus de trains SNCB sur certaines lignes, voici lesquelles

Articles recommandés pour vous