RTBFPasser au contenu

Mon Petit Neuvième

Sortie BD : Spirou – L’Espoir malgré tout

L’espoir malgré tout

Alors que les Alliés ont débarqué en Normandie, Fantasio s’apprête à faire sauter un train transportant une unité blindée nazie. Spirou l’arrête juste à temps : c’est un train de déportés ! Et il est même persuadé d’avoir entendu Felix l’appeler d’un wagon ! C’est finalement Spip qui fera sauter le train allemand, vengeant ainsi la mort de Madeleine, la femme qui avait fait entrer Fantasio en Résistance et dont il était tombé amoureux.

Quatre semaines plus tard, les Anglais sont à Bruxelles et Spirou n’a qu’une hâte : s’assurer qu’il s’est trompé et que Felix et Felka, ses amis peintres juifs allemands, sont sains et saufs. Mais les nouvelles dramatiques s’accumulent. Et le retour des déportés, l’épuration, les exactions des résistants de la dernière heure vont révéler encore bien des failles dans l’humanisme de certains des vainqueurs… (Texte de l’éditeur)

L’espoir malgré tout
L’espoir malgré tout Dupuis – 2022

Ce n’est pas encore le début de la fin, mais c’est la fin du début comme disait Churchill. Pour Spirou et Fantasio réfugiés à la campagne avec un groupe de résistants, la lutte contre les nazis continue avec ses victoires éphémères et ses défaites éternelles. C’est aussi la fin de cette saga en 4 tomes brillamment dessinée et scénarisée par Emile Bravo.

Transportant Spirou et son grand dadais de compagnon Fantasio (sans oublier Spip) dans la Belgique en guerre, nous découvrons un groom profondément humain, loin d’un héros sans peur et sans reproche à la Tintin. Tantôt plein de doutes, tantôt désespérément amoureux, toujours inconscient du danger quand il s’agit de porter aide à ses amis au point qu’il en devient parfois agaçant de naïveté, ce Spirou revisité est une démonstration sans faille que les reprises de personnages peuvent -parfois- apporter une réelle plus-value à un personnage que l’on pensait connaître sur le bout des doigts.
Au long de ce scénario aussi fleuve qu’intelligent de tout de même 327 pages, on découvre surtout la Belgique de l’occupation, celle de la débrouille, de la faim, du froid, de l’espoir et des trahisons, des héros et des salauds. Une Belgique -déjà- divisée entre des Flamands proches de l’occupant et des francophones sous le joug des "boches", une vision en partie caricaturale mais dont les nazis profiteront. Une Belgique enfin où être Juif ou communiste vous mettait automatiquement en danger de mort à l’image du peintre Juif Allemand du nom de Félix que notre héros protège jusqu’au bout et pour lequel l’auteur a utilisé le bien réel Félix Nussbaum comme modèle.

Au final, cette aventure au long cours s’avère un pur chef-d’œuvre (déjà plusieurs fois récompensé) qui s’achève sur une scène qui ravira les fans des deux héros en raccrochant le wagon des aventures classiques du duo.

 

TITRE : L’Espoir malgré tout

AUTEUR : Emile Bravo (D & S) – Fanny Benoît (C)

EDITEUR : Dupuis

 

Cotation Mon Petit Neuvième : 10/10 !

 

Denis MARC

BD: Spirou raconte la deuxième guerre mondiale

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

23 mai 2022 à 10:14
3 min

Articles recommandés pour vous