Belgique

Sortie du nucléaire : un nouveau kern s'est retrouvé en début de soirée

Image d'illustration - centrales à Doel

© Getty Images

20 déc. 2021 à 20:02Temps de lecture2 min
Par Belga

Le comité ministériel restreint ("kern") rassemblant les principaux ministres du gouvernement fédéral s'est retrouvé lundi en début de soirée pour discuter de la sortie de l'énergie nucléaire, un dossier qui divise les partis de la Vivaldi à l'approche de l'échéance 2025.

Il semblait loin d'être sûr qu'une décision finale soit prise lors de cette nouvelle réunion, à laquelle participent depuis 19h00 au 16 rue de la Loi, outre le Premier ministre Alexander De Croo et les sept vice-Premiers ministres, ainsi que les ministres de l'Intérieur et des Pensions, Annelies Verlinden (CD&V) et Karine Lalieux (PS).    

Une bonne avancée est l'objectif

"Mais une bonne avancée est l'objectif" fixé à ce kern, a-t-on indiqué de sources gouvernementales.  

Les principaux ministres doivent une nouvelle fois examiner les différentes options mises sur la table en termes de "mix énergétique", avec pour objectif de garantir l'approvisionnement en électricité durant l'hiver 2025 - la date prévue dans la loi et confirmée dans la déclaration gouvernementale de la Vivaldi pour la sortie du nucléaire, avec la fermeture des deux derniers - sur sept - réacteurs (Doel 4 et Tihange 3), à condition que la sécurité d'approvisionnement soit garantie.    


►►► À lire aussi : Nucléaire: "Aucune piste n'a encore été exclue", affirme le vice-premier ministre Vincent Van Peteghem


A l'arrivée des ministres au 16 rue de la Loi, seul le vice-Premier Georges Gilkinet (Ecolo) s'est exprimé devant les journalistes présents.  

"J'espère que nous aurons une solution", a-t-il déclaré. "Nous devons préparer l'avenir, et la ministre (de l'Énergie, Tinne) Van der Straeten l'a fait de manière excellente depuis le début", a-t-il ajouté.   

Plan A ou plan B ?

George Gilkinet a confirmé qu'en ce qui le concernait, la solution devrait être "définitivement le 'plan A'" - ce qui signifie la fermeture complète de toutes les centrales nucléaires en 2025.    

Le plan B prévoit l'extension de la durée de vie des réacteurs les plus récents, c'est-à-dire Doel 4 et Tihange 3. D'autres solutions peuvent également être envisagées,  comme un amendement à la loi sur la sortie du nucléaire ou la construction de nouvelles centrales au gaz à Manage ou à Seraing.  

Ces installations doivent éventuellement suppléer la centrale à gaz envisagée à Vilvorde - pour laquelle la ministre flamande de l'Environnement et de l'Énergie, Zuhal Demir (N-VA) a refusé le permis de construction.  


►►► À lire aussi : 2003-2025 : 22 ans d’hésitations autour de la fermeture des centrales nucléaires belges


Le Premier ministre Alexander De Croo espère toujours que le gouvernement fédéral puisse trancher d'ici la fin de l'année. Mais il n'est pas du tout certain qu'une solution soit trouvée lundi soir.    

"Après vingt ans d'indécision, tous les éléments sont sur la table pour prendre une décision qui offre une certitude à 100% sur l'approvisionnement (électrique) et son aspect abordable", a indiqué lundi une source gouvernementale. Une autre source a évoqué "une bonne avancée", tout en soulignant qu'il n'y a "pas de date limite" fixée lundi soir.
 

Sur le même sujet

Nucléaire : pour Sophie Wilmès, il faut travailler sur la prolongation du nucléaire car "la sécurité d'approvisionnement n'est pas garantie"

Sortie du nucléaire : toujours pas d'accord au sein du gouvernement fédéral

Articles recommandés pour vous