RTBFPasser au contenu
Rechercher

Soupçons d'espionnage de Huawei : les autorités canadiennes ont eu accès à leurs ressortissants en Chine

Huwaei
10 oct. 2020 à 19:21Temps de lecture1 min
Par Belga

Ottawa a pu avoir un contact "virtuel", le premier depuis janvier, avec deux de ses ressortissants emprisonnés en Chine, dont le Canada juge la détention "arbitraire", a annoncé samedi le ministère canadien des Affaires étrangères.

L’ambassadeur du Canada en Chine Dominic Barton a obtenu un "accès consulaire virtuel" à Michael Spavor vendredi et à Michael Kovrig samedi, a précisé le ministère dans un communiqué. L’ex-diplomate Michael Kovrig et le consultant Michael Spavor sont emprisonnés en Chine depuis le 10 décembre 2018. Ils ont été inculpés d’espionnage en juin dernier.

Arrestation arbitraire ?

Le ministère précise que les derniers accès consulaires aux deux hommes remontent au 13 janvier 2020 pour Spavor et au 14 janvier pour Kovrig.


►►► Lire aussi : soupçons d’espionnage de Huawei : cinq choses à savoir sur le géant chinois des télécoms exclu du réseau 5G britannique


Leur détention est considérée en Occident comme une mesure de rétorsion, après l’arrestation au Canada de Meng Wanzhou, directrice financière du géant chinois des télécoms Huawei et fille de son fondateur.

Meng Wanzhou avait été interpellée en décembre 2018, lors d’une escale à Vancouver, à la demande des Etats-Unis qui l’accusent de fraude bancaire pour avoir contourné les sanctions américaines contre l’Iran et réclament son extradition.

 

Sur le même sujet

5G: la Chine appelle le Canada à ignorer les risques "inventés" par les Etats-Unis

Articles recommandés pour vous