Monde Europe

Souveraineté, Schengen, relations avec l'Afrique : quelles sont les priorités de la France à la présidence tournante de l'UE ?

© Belgaimage

09 déc. 2021 à 16:14 - mise à jour 09 déc. 2021 à 17:52Temps de lecture3 min
Par AFP

Emmanuel Macron a fixé jeudi comme objectif de la présidence française du Conseil de l'UE, qui débute le 1er janvier, de rendre l'Europe "puissante dans le monde", proposant de réformer Schengen pour mieux protéger les frontières européennes et Maastricht pour un nouveau cadre budgétaire.

Au cours d'une conférence de presse solennelle à l'Elysée, le chef de l'Etat a affiché une forte ambition pour cette présidence, qui va coïncider avec la campagne pour la présidentielle d'avril et les législatives de juin.

Une Europe puissante et maître de son destin

"S'il fallait résumer en une phrase l'objectif de cette présidence, je dirais que nous devons passer d'une Europe de coopération à l'intérieur de nos frontières à une Europe puissante dans le monde, pleinement souveraine, libre de ses choix et maître de son destin", a déclaré Emmanuel Macron devant une centaine de journalistes rassemblés dans la salle des fêtes.

Une fois de plus, le président a défendu l'importance cruciale de renforcer la souveraineté européenne en soutien à la souveraineté nationale. 

Nous devons agir en Européens, nous devons penser en Européens

"Face à toutes ces crises qui percute l'Europe, nombreux sont ceux qui voudraient ne s'en remettre qu'à la seule nation. Ces nations sont notre force, notre fierté, mais l'unité européenne est leur complément indispensable", selon lui. "Nous devons agir en Européens, nous devons penser en Européens", a-t-il martelé.

Depuis son élection en 2017, célébrée au son de l'hymne de l'UE, Emmanuel Macron se pose en chef de file des pro-Européens face aux "nationalistes" et "populistes", et vante les avancées obtenues à 27, comme le plan de relance post-Covid 19 de 750 milliards d'euros adopté en 2020.

Relance, puissance et appartenance

Pour la présidence française (la PFUE), Paris a choisi comme devise "Relance, puissance et appartenance" et comme emblème un U et un E bleu et rouge traversés par une flèche blanche, symbole de "l'ambition d'aller de l'avant", a expliqué le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes Clément Beaune.

Cette présidence semestrielle tournante des 27 est la 13e exercée par la France depuis les années 1950 et la première depuis 2008.

Schegen, le budget et l'Afrique

Durant ces six mois, un effort particulier sera consacré à une réforme de l'espace Schengen pour que l'UE "protège ses frontières" face aux crises migratoires qui se succèdent.

Il a ainsi souhaité la "mise en place d'un pilotage politique de Schengen", à travers des réunions régulières des ministres européens en charge de ces questions, ainsi que des mécanismes de soutien solidaire en cas de crise à la frontière d'un Etat membre.


►►► À lire aussi : Tensions autour de l'Ukraine: " La proposition de Poutine est loin d’être mauvaise. Il faut une zone tampon aux portes de la Russie "


Macron a proposé de "repenser le cadre budgétaire" européen des accords de Maastricht.

Il a aussi annoncé la tenue d'un sommet entre l'Union africaine et l'UE les 17 et 18 février à Bruxelles afin de "refonder en profondeur" la relation "un peu fatiguée" entre les deux continents

Sommet européen le 10 mars

Au total, quelque 400 rendez-vous sont prévus, essentiellement sur les trois premiers mois en raison de la présidentielle en France. Ils débuteront par un discours suivi d'un débat au Parlement européen le 19 janvier et seront répartis aux quatre coins de la France. Un sommet européen informel se tiendra les 10 et 11 mars, soit un mois juste avant le premier tour de la présidentielle.

Les marges de manoeuvre françaises seront toutefois limitées car si la présidence tournante permet de donner un élan à certaines priorités, il reste ensuite à construire des consensus à 27, ce qui n'est jamais aisé. 

Sur le même sujet

La France prend la présidence tournante du Conseil de l’UE avec pour objectif la "relance, puissance et appartenance" européenne

Brexit : la France ira au contentieux si elle n'obtient pas ses licences du Royaume-Uni

Monde Europe

Articles recommandés pour vous