SpaceX et le tourisme spatial : quel impact sur la santé de ces voyageurs de l’espace ?

Cosmonaute russe de retour de l’ISS sur Terre en avril 2021

© Tous droits réservés

16 sept. 2021 à 14:27Temps de lecture2 min
Par Pascale Bollekens avec Sophie Brems

Depuis ce jeudi à l’aube, les quatre touristes de l’espace sont en orbite autour de la Terre à plus de 500 kilomètres d’altitude, dans la capsule "Crew Dragon" de SpaceX. Une vraie expédition en apesanteur qui va durer trois jours et qui aura un certain impact sur leur santé.

Sarah Baatout, responsable du laboratoire de radiobiologie au Centre d’études nucléaires de Mol, nous le rappelle : "il y a un impact des radiations. Le rayonnement est 150 à 200 fois plus important à 500 kilomètres d’altitude que sur terre. Sur Terre, nous sommes protégés par le bouclier que constitue la magnétosphère et par l’atmosphère. Mais c’est l’apesanteur qui va compliquer la vie quotidienne de ces touristes."

Et de poursuivre, "L’environnement spatial n’est pas vraiment tendre avec le corps humain. Les fluides comme le sang ou la lymphe sont attirés vers les pieds sur Terre à cause de la gravité. En apesanteur, ils sont attirés par la tête. Ce qui va causer une hyperpression dans la tête, le crâne et donner des maux de tête."

L’environnement spatial n’est pas tendre avec notre corps humain

Ce n’est pas tout. La colonne vertébrale s’allonge légèrement, il y a aussi un peu plus de liquide, entre les vertèbres. Dans l’espace, on peut aussi avoir des problèmes d’équilibre car l’oreille interne est perturbée. Le système immunitaire aussi s’affaiblit légèrement et la flore intestinale se modifie. Enfin, les os en apesanteur, ne produisent plus aussi facilement de nouvelles cellules. Ce qui va accélérer les problèmes d’ostéoporose.

Dans ce voyage de 3 jours, tous ces impacts devraient être limités.

"Au retour, bonne nouvelle, tout se remet en place" : rassure Sarah Baatout, "Les effets de l’apesanteur sur notre corps sont réversibles. A partir du moment où la gravitation est là, le corps redevient normal. Le plus compliqué est de récupérer sa masse osseuse, pour des voyages de longue durée, comme celui de Thomas Pesquet dans l’ISS, cela pourra prendre plusieurs mois".

Des expériences seront menées à bord

A bord, les touristes vont mener des expériences biologiques entre autres sur le taux de radiation, ils subiront aussi au retour, des tests sanguins pour évaluer l’impact de ce genre de voyage. "C’est toujours intéressant de collecter des données comme celles-là", ajoute notre experte, "cela permet d’enrichir nos connaissances scientifiques dans le domaine. Cela va aussi permettre de voir comment réagit un corps qui n’a pas été spécialement préparé. Ces novices n’ont eu qu’un petit entraînement physique de 6 mois avec le vol parabolique, le trek en montagne à 3000 mètres d’altitude et le passage dans la centrifugeuse, ce qui n’a rien à voir avec les années d’entraînement et de préparation d’un astronaute professionnel."

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous