Santé & Bien-être

Sport et jeunesse : pratiquer une activité sportive coûterait trop cher pour sept jeunes Belges francophones sur dix

Image d'illustration

© Getty

Sept jeunes sur dix en Fédération Wallonie-Bruxelles estiment trop coûteuse la pratique d’un sport, selon une analyse du Forum des jeunes sur l’accès à des activités sportives, publiée mardi. Outre l’aspect financier, les jeunes déplorent le manque d’infrastructures sportives, les discriminations socioculturelles et le manque de temps et de motivation. Cette analyse propose également des solutions pour réduire les inégalités dans ce domaine.

 

Manque d’infrastructures

Différents freins entravent la pratique du sport chez les jeunes, pourtant essentielle à l’équilibre mental et physique. Certains déclarent manquer de temps et de motivation pour s’adonner à une activité sportive et 70% d’entre eux estiment que cela coûte trop cher, rapporte le Forum des jeunes.

Cet avis mentionne également d’autres freins comme le manque d’infrastructures sportives disponibles et leur difficulté d’accès par des moyens de mobilité douce.

© Tous droits réservés

Discriminations

Pour un tiers des sondés, le handicap freine également l’accès au sport. Trente pourcents d’entre eux dénoncent en outre les discriminations sexistes, racistes, homophobes ou sociales, selon le Forum des jeunes.

"Un jeune de quartier, s’il veut jouer au golf, au tennis ou au hockey, ça ne passe pas trop en fait", dénonce Ayman Ramdani, porte-parole de Play4Peace, une association permettant aux jeunes pouvant être victimes de discrimination de pratiquer un sport en toute sérénité.

L’exemple flamand

Pour encourager la pratique du sport, les 1123 jeunes interrogés proposent des solutions notamment des chèques-sport, la promotion du sport via l’école et les médias, la mise en place de mesures de lutte contre les discriminations ou encore l’incitation à la mobilité douce en fin de journée.

Un jeune de quartier, s’il veut jouer au golf, au tennis ou au hockey, ça ne passe pas trop en fait

"Je propose que les salles de sport scolaires soient accessibles aux associations sportives et ce, à petit prix, comme cela se fait déjà en Flandre. A Bruxelles, cela ne se fait pas encore ou très peu" affirme Ayman Ramdani.

Sur le même sujet

Programme réorganisé, bouteilles d'eau et pauses supplémentaires... les stages Adeps s'adaptent à la chaleur

Regions

Paris sportifs : tout est bon pour attirer les jeunes, même TikTok

Investigation

Articles recommandés pour vous