RTBFPasser au contenu
Rechercher
Icône représentant un article video.

Jupiler Pro League

Standard : La fin de l'ère Bruno Venanzi

"C’est avec beaucoup d’émotions que j’ai le plaisir de vous faire savoir que j’ai acquis seul toutes les parts que Roland Duchâtelet détenait dans le Standard de Liège" : ça, c’était il y a quasi sept ans. Après quatre années compliquées sous Roland Duchâtelet, le Standard est racheté par Bruno Venanzi, un homme d’affaires liégeois fan depuis toujours du club et ancien vice-président. Bref : Une idylle sur papier pleine de promesses.

Oui mais voilà : quelques années plus tard, rien ne va déjà plus en bords de Meuse. Malgré deux Coupes de Belgique remportées en 2016 et 2018, le club ne vit pas la période calme et prospère prédite. Sous le mandat de Venanzi, neuf entraineurs et six directeurs sportifs se succèdent. Pas vraiment la stabilité rêvée.

Du côté des supporters, la grogne monte au fur et à mesure des années et des résultats compliqués jusqu’à atteindre des sommets cette saison, forçant presque Venanzi à lâcher son joyau rouge entièrement à la société américaine 777 Partners.

Un fonds d’investissement possédant notamment des actifs dans des sociétés d’aéronautique ou de divertissement, mais aussi dans d’autres clubs de football comme le Vasco de Gama au Brésil, la totalité du Genoa en Italie ou le FC Séville à hauteur de 7%. 777 Partners le revendique : il veut créer un réseau de club en Europe et à travers le monde et choisit des clubs de tradition pour ce faire.

En termes de gestion, du côté de la Genoa, le club de Zinho Vanheusden, les Américains ont imposé une direction sportive étrangère, faisant notamment venir l’ancien coach d’Ostende, Alexander Blessin. Un nom désormais cité sur le banc du Standard pour la saison prochaine.

Standard : Bruno Venanzi
Standard : Bruno Venanzi © Tous droits réservés

Sur le même sujet

Pro League : Le Standard assure son maintien en D1A grâce à sa victoire à Courtrai (0-1)

Jupiler Pro League

Articles recommandés pour vous