RTBFPasser au contenu
Rechercher

Jupiler Pro League

Standard : Venanzi s’oriente vers l’offre de reprise de JKC Capital et restera dans le club

Ça bouge en coulisses du côté de Sclessin. La reprise du club liégeois semble (enfin) imminente, après plusieurs rebondissements. Les Rouches devraient passer sous pavillon américano-canadien, et Bruno Venanzi devrait rester dans l'organigramme du Standard de Liège.

Semaine décisive pour la reprise du club

Lundi nous vous annoncions que le fonds d’investissement américain " 777 Partners " était en pole pour l’achat du Standard.

Une annonce qui a fait réagir Guy Vandersmissen, ex-joueur devenu agent, qui avait amené JKC Capital (un groupe d’investisseurs américano-canadiens) dans la négociation pour la reprise du club.

Après de nouvelles discussions, Bruno Venanzi a reçu mardi une contre-offre de JKC Capital. Il a étudié la proposition et ce jeudi les choses ont bougé.

Bruno Venanzi devrait selon toute vraisemblance choisir l’offre américano-canadienne de JKC Capital. Un rachat qui devrait lui permettre de rester dans l’organigramme.

C’est de toute évidence un élément de poids qui a fait pencher la décision de Bruno Venanzi. En acceptant l’offre de "777 Partners", le Président aurait dû plier bagage avec un sentiment d’échec.

Selon des informations parues dans le quotidien économique, De Tijd et confirmé par "le Soir", Bruno Venanzi aurait signé un accord de principe pour une vente de 75% du club à JKC Capital. Un groupe formé de trois investisseurs actifs dans le monde du sport aux États-Unis et au Canada, à savoir John Chayka, Jared Porter et Gary Drummond.

Autre information importante dans ce dossier, Bruno Venanzi conserverait une minorité de blocage de 25%, même si à l’heure actuelle les chiffres fluctuent selon les sources.

On parle d’un montant global qui avoisinerait les 50 millions d’euros. La plus grande partie de la somme concernerait la reprise, le reste, à savoir plusieurs millions d’euros seraient injectés sous forme de liquidités.

Si la vente se conclut, le Standard pourra à nouveau respirer. L’arrivée de nouveaux investisseurs devrait permettre d’aborder l’exercice de la licence avec plus de sérénité. Et puis Bruno Venanzi aura réussi son pari, trouver un repreneur et rester dans le navire liégeois.

Articles recommandés pour vous