Jupiler Pro League

Standard : voici pourquoi les supporters sont enthousiastes, malgré les résultats

Les supporters du Standard lors du match de Jupiler Pro league Standard-La Gantoise le 22/07/2022

© © Tous droits réservés

Un "bémol" tout d’abord : TOUS les supporters du Standard ne sont pas TOTALEMENT enthousiastes, confiants, satisfaits, rassurés. Les raisons ? 1 point sur 6 c’est peu, à Genk les Liégeois ont été dominés, le mercato n’a jusqu’ici amené que deux joueurs (qui n’ont encore rien prouvé), le nouveau Directeur sportif (Fergal Harkin) ne prendra ses fonctions que ce week-end alors que le club est racheté depuis plus de 2 mois, il manque un (vrai) renfort dans chaque ligne, personne ne peut jurer que Selim Amallah et Nicolas Raskin ne vont pas quitter le bateau Rouche, si on se penche sur l’effectif actuel on se dit que très peu de ses joueurs ont le niveau pour disputer le Top 4, etc.

Mario Bronckaerts, Président de la Famille des Rouches, nous confie : "Parmi les supporters, c’est vrai, il y a ceux qui sont inquiets, mécontents même, pour toutes ces raisons. Mais la plupart veulent se montrer enthousiastes, être patients, faire confiance, aider la nouvelle Direction à tourner la page. Notre club était en ruine, ses fans ont un rôle à jouer pour favoriser sa reconstruction par 777 Partners".

 

L’adhésion des supporters étonne en ce début de saison

Les abonnements, tout d’abord. Près de 20.000, c’est à peine 1000 de moins que la saison passée. "On craignait qu’après la saison horrible dont on sortait la désaffection soit grande" souffle un représentant du club. "Le record c’est 25.000, mais 20.000 c’est bien, vu les circonstances. Et ça reste le 2e meilleur score en Belgique derrière Bruges".

La ferveur dont le public liégeois a fait preuve à domicile contre Gand (2-2) et l’attitude des fans à Genk après la défaite (3-1) sont révélatrices aussi.

 

Voici les 5 raisons de l’adhésion des supporters

1. L’attitude des joueurs a changé, elle plaît aux supporters

"On a vite senti que la mentalité était meilleure dans l’équipe" raconte Fabrice Bertrand, alias Bouba, supporter bien connu des médias. "Contre Gand, quand les Buffalos ont pris l’avance à 1-2, nos joueurs n’ont pas baissé les bras. L’année dernière on aurait perdu 1-3 ou 1-4, certain ! A Genk aussi, même dominés, ils se sont encore créé deux possibilités dans les 20 dernières minutes".

Fabian ajoute "Le regain de grinta nous fait chaud au cœur. Au Standard, si tu mouilles ton maillot, même une prestation décevante, ça passe. Regarde Renaud Emond, ce n’est pas bon, mais les supporters ne vont jamais le siffler parce qu’il se bat comme un beau diable".

Bouba :"A Genk, on est restés dans la tribune pour que les joueurs puissent venir vers nous et y rester un peu, et qu’on leur montre qu’on était avec eux. "On a scandé "tous ensemble, tous ensemble…" pour bien signifier qu’on formait à nouveau une grande famille et qu’on avait compris le message du nouveau coach. Il avait fait appel à nous dans les médias et ça nous a plu. Maintenant soyons clairs, s’ils baissent les bras ou que les résultats sont mauvais dans quelques semaines, l’attitude changera probablement".

2. Ronny Deila séduit, à l’extérieur comme en interne, et ce n’est pas banal

Depuis qu’il a été annoncé en bords de Meuse, Ronny Deila marque les esprits, petit à petit.

Bouba : "Déjà les vidéos en MLS, ça fait impression, ça montre sa rage de vaincre mais aussi sa proximité avec ses joueurs et le public. Ça, ça nous plaît".

Fabian :"En peu de temps, il a regonflé le moral d’un groupe qui était au plus bas après la saison catastrophique qu’ils avaient vécue. Les joueurs l’ont tout de suite souligné, et ça se voit sur le terrain".

Les supporters épinglent de petites choses, révélées dans la presse ou simplement visibles. Ainsi :

-il a offert le resto à toutes ses troupes peu avant le début de saison.

-A l’Académie, il oblige ses joueurs à changer régulièrement de place à table pour éviter les clans.

-Il s’est montré très disponible vis-à-vis des fans lors de la reprise des entraînements.

-Il accompagne l’équipe lors du tour d’honneur après match. Ça plaît.

 

Depuis Ricardo Sa Pinto le Standard n’avait plus connu un coach aussi proche de ses joueurs.

 

C’est un représentant du club, qui nous fait cette observation. "Dès son arrivée, le Norvégien a procédé à de nombreux entretiens, individuels et collectifs. Et pas seulement pour parler foot. L’aspect humain des choses lui tient visiblement fort à cœur, c’est pour cela qu’il me rappelle Ricardo Sa Pinto". Et on sait que c’est surtout grâce à cet esprit (de famille et de combativité) insufflé à son groupe que le Portugais a forgé les résultats que l’on connaît.

"Deila est franc, déterminé, clair, confiant. Et surtout charismatique. Mais c’est naturel chez lui, il ne se force pas, et notre Service Communication peut donc se contenter de surfer là-dessus. Au sein du club, tout le monde est séduit et convaincu par Deila.".

 

3. Entre la Famille des Rouches et le club les ponts se reconstruisent

Dans les derniers mois de la présidence de Bruno Venanzi, le torchon brûlait (comme on dit) entre les supporters et la Direction, notamment le Directeur Alexandre Grosjean. Depuis le rachat du Matricule 16 et la nomination de Pierre Locht comme CEO, les deux parties cherchent à reconstruire la communication.

En tant que Président de la FDR, Mario Bronckaerts s’en félicite : "Les relations étaient à zéro, en ruine, comme notre club. Pierre Locht est un enfant de la Maison, un type très compétent et quelqu’un de mesuré. Avec lui on a eu plusieurs réunions constructives, notamment avec les groupes d’animation comme les Ultras, le PHK,… On repart d’une feuille blanche, c’est très encourageant. La nouvelle Direction sait qu’elle aura besoin des supporters pour réussir. Et nous, on ne demande que ça".

4. 777 Partners, Fergal Harkil, City Football Group, Ronny Deila,…Ça en jette

Mario Bronckaerts : "Pour le Standard, c’est une révolution. 777 Partners, c’est du lourd, du sérieux, de l’hyper-pro. Ils savent que la viabilité financière de leur aventure ici passe obligatoirement par des résultats sportifs. Peut-être pas immédiats, c’est pour cela qu’il nous faudra être patients. Et il faudra voir quel budget ils consacreront à la relance du Standard."

Fabian : "Quand ils débauchent Fergal Harkin au City Football Group, ça a de quoi nous impressionner. Ce n’est pas comme s’il venait de RFC Seraing ou du FC liégeois, sans vouloir être désobligeant".

Bouba "C’est vrai qu’en débarquant des USA et de la MLS, avec 15 ans d’expérience derrière lui, le nouveau coach Deila reçoit beaucoup de crédit de notre part".

 

5. … ?

Et puisqu’il faut 5 raisons expliquant l’adhésion des fans liégeois, j’en laisse l’annonce à Fabian et Bouba : "Rouge un jour Rouge toujours !"

A charge pour les nouveaux propriétaires d’être à la hauteur de cette étonnante fidélité.

 

Articles recommandés pour vous