Regions Namur

Stress, épuisement, économies et matériel vétuste, cadence folle... le témoignage d'un conducteur de trains

Grève à la SNCB : le témoignage d’un conducteur de train namurois

© rtbf.be

30 nov. 2022 à 10:43Temps de lecture2 min
Par Juliette Hariga avec Cathy Massart

Après la grève de mardi, certains conducteurs continueront de se croiser les bras aujourd’hui et demain. Seul le Syndicat autonome des conducteurs de train a déposé un préavis, mais cela a des répercussions sur le trafic. En province de Namur, il n’y a pas de paralysie complète mais des perturbations au cas par cas.

Les conducteurs dénoncent entre-autres leurs conditions de travail, la pénurie de personnel, le manque de moyens et la vétusté du matériel. Nous avons recueilli le témoignage d’un conducteur namurois en grève pour qu'il nous explique le quotidien qu'il dénonce.

"La cadence est augmentée, tout est chronométré. Les conducteurs sont beaucoup plus stressés qu’avant. Nous devons tout faire à la va-vite, ce qui n’est jamais bon car on oublie des choses et nous sommes plus vite distraits. Un retard de cinq minutes a des répercussions sur l’entièreté de la journée. On peut, par exemple, rater un train pour assurer un autre train. La moindre erreur dans ce contexte est fatale, donc on ne peut absolument pas en commettre."

Et de poursuivre: "Dès qu’il y a un retard, on nous appelle de tous les côtés par radio ou par téléphone. C’est encore un stress qui s’ajoute car il faut rendre des comptes. Franchement, on n’a aucune considération. Je reviens chez moi beaucoup plus stressé qu’auparavant. On travaille beaucoup plus, on a beaucoup moins de pauses et on n’arrête plus. Le fait de travailler - quelques fois 6 jours sur 7, avec des petits matins - se répercute aussi sur la vie de famille. J’ai des collègues qui sont en burn-out, épuisés. Ce sont des situations qui n’existaient pas il y a 10 ans."

Faire des économies mais à quel prix ?

De manière plus large, notre interlocuteur pointe une situation paradoxale: "Il y a un manque de personnel alors qu’on veut rajouter des trains. Le matériel est aussi moins bien entretenu, il retourne moins aux ateliers par souci d’économie. Mais, vu que ce matériel est vieillissant, s’il est moins bien entretenu, cela engendre des pannes, qui se répercutent sur nous car cela a un impact sur la ponctualité."

Pour ce mercredi, la SNCB a annoncé que les trains circuleront dans toutes les provinces mais qu’en moyenne seul un train sur deux sera disponible pour les IC et les omnibus. Concernant les trains P, ceux des heures de pointe, seul un nombre très limité circulera aujourd’hui. La SNCB conseille de consulter son planificateur de voyage afin de se tenir au courant des perturbations.

Sur le même sujet...

JT du 29/11/2022

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous