RTBFPasser au contenu
Rechercher

Journal du classique

Stromae s’est associé avec le Belgian National Orchestra pour enregistrer son album Multitude

Stromae s’est associé avec le Belgian National Orchestra pour enregistrer son album Multitude

C’est l’histoire d’une rencontre entre deux univers musicaux… La rencontre entre un orchestre symphonique belge et l’un des chanteurs belges les plus influents de sa génération. Stromae a fait appel au Belgian National Orchestra pour l’enregistrement de plusieurs titres de son album Multitude, qui sortira au mois de mars prochain. En plus de faire jouer ses musiciens sur le projet, le BNO a également organisé, en concertation avec Stromae, une collaboration avec le compositeur Bruno Letort et le chef d’orchestre Dirk Brossé. 

Enregistrement studio dans le plus grand secret

Depuis la fin de l’année 2021, un nom est surtout toutes les lèvres dans l’univers de la musique pop : Stromae revient sur le devant de la scène après plusieurs années loin des scènes de concerts, avec un nouvel album et une tournée. Et pour enregistrer ce nouvel album, le chanteur belge voulait faire appel à un orchestre symphonique belge. Un défi que le Belgian National Orchestra a tout de suite accepté de relever.

Loading...

C’est ainsi que, dans le plus grand secret, les musiciens de l’orchestre se sont rendus, en juin 2021, aux Dada Studios à Schaerbeek. En entrant dans la salle, le premier jour, ni les musiciens ni Dirk Brossé ne savaient qui les attendait.

Ce n’est pas le premier croisement entre la musique de Stromae et la musique classique. Sur son album Racine carré, en 2015, Stromae reprenait l’une des mélodies les plus connues de l’opéra Carmen de Bizet dans son titre éponyme, dans lequel il propose, comme l’explique Val so classic dans sa vidéo, une version 2.0 du texte de Bizet. Une critique de l’amour dans notre société moderne.

Dirk Brossé, le Maestro de Stromae

Dirk Brossé qui possède une affinité et une expérience particulière avec la scène musicale pop. En 2019, Dirk Brossé s’était retrouvé sur l’une des scènes du plus grand festival de musique électronique au monde, le fameux festival Tomorrowland, pour liveshow unique mêlant musique classique et musique électronique. L’année dernière, Dirk Brossé avait retrouvé le Belgian National Orchestra pour un concert de nouvel an à la croisée des genres, entre musique classique et musique électronique.

"C’était un grand honneur d’être le Maestro de Stromae", explique Dirk Brossé. "Sa musique est unique, universelle et pleine d’émotions. Elle bat et oint en même temps. Elle fonctionne comme une sorte de colle, car relie entre eux les gens du monde entier. Travailler avec le Belgian National Orchestra et Stromae a été une expérience riche, un échange unique entre deux mondes qui paraissent à des années-lumière l’un de l’autre. Au cours des enregistrements, un fascinant jeu de ying et yang s’est développé entre le merveilleux monde sonore du Belgian National Orchestra et le langage universel intime de Stromae. Des moments à chérir et à ne jamais oublier."

Bruno Letort comme compositeur-arrangeur

Pour écrire les arrangements, le Belgian National Orchestra a fait appel au compositeur français Bruno Letort : "J’ai collaboré à sept des douze chansons. Je représentais une sorte d’interface entre l’orchestre et une production qui était déjà très avancée. J’ai parfois ajouté des éléments rythmiques et mélodiques, parfois des couleurs. Dans L’enfer, par exemple, qui traite de la dépression, je voulais quelque chose qui symbolise le fait de ne pas pouvoir échapper à la maladie. Ainsi, les accords se répètent, tournant comme une boucle sans fin. Au début de cette chanson, il y a aussi une mélodie basée sur les sons acides que l’on entend. C’est un vibraphone joué avec un arc."

Loading...

Ces dernières années, le Belgian National Orchestra, dirigé depuis 2016 par l’intendant Hans Waege, s’est engagé dans différentes collaborations originales mêlant genres, styles et disciplines. "Cela fait en sorte que la puissance de la musique soit ressentie bien au-delà de Bozar", explique la formation belge dans son communiqué.

Sur le même sujet

Stromae et la jalousie positive : 4 choses étonnantes qu’il nous a apprises sur son album

Musique

L'homme qui a vu Stromae au Palais 12 (parmi 8 999 spectateurs) raconte !

On n'est pas des pigeons

Articles recommandés pour vous