Politique

Succès de foule du PTB à Ostende pour la Manifiesta et des "vendredis de la colère" en perspective

Raoul Hedebouw Manifiesta

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Bien calés dans leur anorak, plusieurs milliers de militants PTB se sont donné rendez-vous à Ostende pour la douzième édition de la Manifiesta. Ils seraient 14.000 selon une première estimation. La grande foule est au rendez-vous mais le temps est à la grisaille, à l’image d’un pouvoir d’achat plombé par la guerre en Ukraine et ses conséquences sur les prix de l’énergie.

Interrogé par Laurent Henrard, le président du PTB Raoul Hedebouw a répété tout le mal qu’il pensait et des mesures annoncées ce vendredi par le gouvernement fédéral pour aider la classe moyenne et les entreprises à faire face à la hausse des prix du gaz et de l’électricité. Le PTB juge les mesures "insuffisantes" et estime qu’il "aurait fallu intervenir sur les marchés", pointant une fois de plus les surprofits réalisés Engie Electrabel.

Le marché européen de l’énergie

Rappelons que le gouvernement De Croo est favorable à un plafonnement des prix, une mesure évoquée depuis plusieurs mois mais difficile à concrétiser. Il y a peu, le Premier ministre se réjouissait "de voir que de nombreux pays étaient enfin convaincus qu’un tel plafond est nécessaire". Et d’ajouter : "Pour un pays comme la Belgique, il est très difficile de faire ça seul, car le marché de l’électricité et du gaz, c’est presque un seul marché en Europe occidentale."

Lors d’un Conseil extraordinaire des ministres européens de l’énergie, les 27 ont appelé la Commission européenne à prendre des mesures pour plafonner le prix de toutes les importations de gaz au sein de l’UE, pas uniquement le gaz russe. La Belgique a eu un rôle moteur dans ces discussions alors que les 27 ont des intérêts divergents.

Quant à la Norvège, devenue le premier fournisseur de l’Europe en gaz naturel à la place de la Russie, elle se dit "sceptique" à l’égard d’un plafonnement du prix du gaz prôné par une majorité de pays membres de l’UE.

Quoi qu’il en soit, le PTB compte faire entendre sa voix et celles de ses militants. Raoul Hedebouw annonce la tenue des "vendredis de la colère", à partir du 30 septembre prochain. Pas question de laisser le terrain de la colère aux seuls syndicats. Chaque vendredi dans deux villes de Belgique, les militants du PTB demanderont aux différents gouvernements d’en faire plus pour lutter contre la perte du pouvoir d’achat liée à la hausse des prix de l’énergie et à l’inflation galopante.

JT du 17/09/22

Sur le même sujet

Le PTB, l'insurrection sociale et la crainte du chaos en Wallonie

Chronique Économique

Prix de l’énergie : pour le PTB, "il faut un blocage des prix, notamment de l’électricité produite par Engie – Electrabel"

Belgique

Articles recommandés pour vous