Icône représentant un article video.

Monde Europe

Suède : dans une ville minière de l’Arctique, les habitants déménagent pour laisser place au fer

En Laponie suédoise, le déménagement pharaonique d'une ville minière de 18.000 habitants

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Dans un article partagé dans la rubrique "Vu d’Europe", l’AFP revient sur un déménagement d’envergure : celui d’une ville dans sa totalité.

Kiruna en Suède déplace son centre-ville de 3 km pour permettre l’expansion de la plus grande mine souterraine d’Europe. Ce déménagement a commencé il y a 15 ans et devrait durer encore 20 à 30 ans, voire plus si la mine s’agrandit davantage. La facture est estimée à environ 3 milliards d’euros et est partiellement prise en charge par LKAB, la société minière.

Des sols et des habitants rongés par l’activité minière

Le projet divise les 18.000 habitants. Tandis que certains se plaignent d’être "coincés entre deux villes", d’autres avouent vouloir "toujours retourner dans les ruines de l’ancienne ville" qui est pourtant devenue dangereuse.

En effet, "l’ancienne Kiruna" n’est plus stable ; les bâtiments se fissurent un à un à cause du déplacement des sols, qui s’effondreront à terme. Pour une commerçante de la ville, bien que la mine soit l’unique responsable de cette érosion, ce sont toujours les intérêts du fer qui sont placés au premier plan au détriment de ceux des habitants de la ville. En effet, tandis que les bâtiments historiques soient petit à petit déplacés par des convois spéciaux, les habitants laissent derrière eux une vie entière de souvenirs.

L’église rouge de Kiruna, un bâtiment emblématique de la ville, sera déplacée en l’état tractée par des camions.
L’église rouge de Kiruna, un bâtiment emblématique de la ville, sera déplacée en l’état tractée par des camions. © AFP

Parmi les détracteurs du projet : l’épouse du maire

Le maire de Kiruna, Gunnar Selberg, est au courant de ce sentiment amer partagé par la plupart des habitants de la ville. Selon lui, son épouse fait également partis des citoyens mécontents : "Elle se met en colère contre moi. Elle est déçue. Elle pense que c’est triste. Elle ne veut même pas voir la vieille ville. Cela la fait se sentir mal" confie-t-il à l'AFP. 

Pour retrouver l’article dans son entièreté et d’autres articles de la rubrique "Vu d’Europe" :

Loading...

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous