RTBFPasser au contenu
Rechercher

Sur la route avec Camille Saint-Saëns : Episode 3 - L’organiste

Camille Saint-Sans à l'orgue
27 déc. 2021 à 10:54Temps de lecture2 min
Par Cécile Poss

1848 est une année importante. Tout d’abord, c’est l’année d’une révolution politique qui se termine par les journées de Juin, moment sangant sanglant de cet épisode de l’histoire qui mit un point final à la Monarchie de Juillet.

1848 est aussi l’année de grandes découvertes médicales menées notamment par Claude Bernard et qui aboutissent à la naissance de la physiologie. Claude Bernard est un homme de son temps, baigné par le positivisme prôné par Auguste Comte, lui-même adepte du Saint-Simonisme comme le sont de nombreux amis de Saint-Saëns.

1848, c’est aussi l’année d’entrée au conservatoire du jeune Camille. Il y étudie le piano, la composition puis l’orgue avec Benoist. Saint Saëns se souvient de son audition en racontant qu’après avoir joué devant cet organiste des plus médiocres mais professeur admirable, tous les élèves avaient éclaté de rire. Saint-Saëns, blessé dans son orgueil décide d’étudier, beaucoup, en profondeur, les œuvres de Bach et l’Art de la fugue. A la prochaine audition, Saint-Saëns sera fier de leur avoir, comme il le dit, cloué le bec.

Eglise De St Merry

Au cours de sa carrière, il sera titulaire des orgues de St Merry puis de La Madeleine avec une réputation d’artiste trop sérieux : "J’étais un musicien sévère, austère ; et l’on avait fait croire au public que je jouais continuellement des fugues ; si bien qu’une jeune fille, en passe de se marier, vint me supplier de ne pas en jouer à sa messe de mariage. Il est vrai qu’une autre me demanda de lui faire entendre des marches funèbres. Elle voulait pleurer à son mariage, et n’en ayant nulle envie, comptait sur l’orgue pour lui faire venir les larmes aux yeux. Mais ce cas fut unique en son genre. ; d’ordinaire c’était de ma sévérité qu’on avait peur ; cette sévérité était pourtant bien tempérée. Un jour, un des vicaires de la paroisse se mit à m’endoctriner sur ce point. Le public de la Madeleine, me dit-il, est composé en grande majorité de personnes riches, qui vont souvent à l’Opéra-Comique, elles y ont contracté des habitudes musicales qu’il convient de respecter. Monsieur l’Abbé lui répondis-je, quand j’entendrai dire en chaire le dialogue de l’Opéra-Comique, je ferai de la musique appropriée ; mais pas avant. En ce temps-là, on était gai à la salle Favart ".

Sur la route de Camille Saint-Saëns

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Réalisation : Cécile Poss

Mise en onde : Marion Guillemette

Invités :

Stéphane Leteuré, historien spécialiste de Camille Saint-Saëns, auteur de 3 ouvrages sur le compositeur :

-Saint-Saëns, le compositeur globe-trotteur, Actes -Sud, 2017

-Croquer Saint-Saëns - Une histoire de la représentation du musicien par la caricature -  Coédition Actes Sud / Palazzetto Bru Zane, 2021

- Camille Saint-Saëns et le politique de 1870 à 1921. Le drapeau et la lyre, 2014

François Sabatier, musicologue, organiste auteur de Miroirs de la musique, Fayard, 1995.

Roger Dachez, médecin, historien de la médecine, auteur de Histoire de la médecine, de l’Antiquité à nos jours, Tallandier, 2012.

Georges Vigarello, historien spécialiste de l’Hygiène, des pratiques corporelles, de la perception de soi et du corps du Moyen-Âge à nos jours, auteur et directeur de divers ouvrages sur le sujet.

Thierry Lentz, Historien, directeur de la Fondation Napoléon.

Interview en archives :

Sylvain Venayre, historien, spécialiste du XIXe siècle, notamment du voyage.

Voix

Alexis Flamant, comédien, lit la correspondance de Camille Saint-Saëns

Sur le même sujet

L’Assassinat du Duc de Guise, des macabres guerres de religion à un chef-d’œuvre cinématographique et musical

Faut que je vous raconte

Articles recommandés pour vous