RTBFPasser au contenu
Rechercher

Sur la route avec Camille Saint-Saëns : Episode 5 - La Société nationale de musique

27 déc. 2021 à 10:50Temps de lecture2 min
Par Cécile Poss

Le rapport de Camille Saint-Saëns à la musique allemande est assez ambigu. Sorte d’amour haine qui se matérialise en la personne et la musique de Richard Wagner. Le 15 septembre 1859, Wagner débarque à Paris. Le compositeur allemand très populaire et mondain organise des mercredis lors desquels sont conviés Jules Ferry, Gounod, Berlioz et Saint-Saëns.

L’influence de Wagner se fait notamment ressentir dans l’opéra Samson et Dalila de Saint-Saëns, mais à ceci près, comme le notait l’ami de Wagner, Hans von Bülow "Camille Saint-Saëns est le seul musicien qui a tiré un enseignement salutaire des théories wagnériennes sans se laisser égarer par elles". Dans ses années 1870, il y a eu la découverte de Wagner, mais il y a eu aussi l’année terrible. La guerre franco-prussienne qui avait vu la victoire de la Prusse. Richard Wagner s’était alors fendu d’un pamphlet dans lequel il raillait la France, ce qui n’a pas du tout plu au compositeur français. La guerre franco-prussienne, suivie par un autre épisode sanglant, la Commune de Paris avait poussé Saint-Saëns à s’exiler en Angleterre. Mais dès que l’occasion s’est présentée, Saint-Saëns a regagné Paris avec une prise de conscience : le germanisme dans la musique. "Il a fallu les malheurs, les catastrophes de l’année terrible pour que l’école symphonique française, jusque-là comprimée, étouffée entre la société des concerts et les concerts populaires fut délivrée et prit enfin son essor ", écrit-il.

Il est temps de concrétiser un projet qui lui tient à cœur, promouvoir la musique des compositeurs français. "Un compositeur français qui a l’audace de s’aventurer sur le terrain de la musique instrumentale n’a d’autre moyen de faire exécuter ses œuvres que de donner lui-même un concert et d’y convier ses amis et les critiques. Quant au public, au vrai public, il n’y fallait pas songer. Le nom d’un compositeur, à la fois français et vivant, imprimé sur une affiche a la propriété de mettre tout le monde en fuite". La Société nationale de musique est officiellement créée le 25 février 1871 avec pour devise : Ars Gallica.

Sur la route de Camille Saint-Saëns

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Réalisation : Cécile Poss

Mise en onde : Marion Guillemette

Invités :

Stéphane Leteuré, historien spécialiste de Camille Saint-Saëns, auteur de 3 ouvrages sur le compositeur :

-Saint-Saëns, le compositeur globe-trotteur, Actes -Sud, 2017

-Croquer Saint-Saëns - Une histoire de la représentation du musicien par la caricature -  Coédition Actes Sud / Palazzetto Bru Zane, 2021

- Camille Saint-Saëns et le politique de 1870 à 1921. Le drapeau et la lyre, 2014

François Sabatier, musicologue, organiste auteur de Miroirs de la musique, Fayard, 1995.

Roger Dachez, médecin, historien de la médecine, auteur de Histoire de la médecine, de l’Antiquité à nos jours, Tallandier, 2012.

Georges Vigarello, historien spécialiste de l’Hygiène, des pratiques corporelles, de la perception de soi et du corps du Moyen-Âge à nos jours, auteur et directeur de divers ouvrages sur le sujet.

Thierry Lentz, Historien, directeur de la Fondation Napoléon.

Interview en archives :

Sylvain Venayre, historien, spécialiste du XIXe siècle, notamment du voyage.

Voix

Alexis Flamant, comédien, lit la correspondance de Camille Saint-Saëns

Sur le même sujet

L’Assassinat du Duc de Guise, des macabres guerres de religion à un chef-d’œuvre cinématographique et musical

Faut que je vous raconte

Articles recommandés pour vous