RTBFPasser au contenu

Les Grenades

Sur le site des Jouets Broze, "on ne devrait pas choisir un genre pour pouvoir s’amuser"

Sur le site des Jouets Broze, "on ne devrait pas choisir un genre pour pouvoir s’amuser"
17 avr. 2022 à 08:576 min
Par Marine Mélon pour Les Grenades

À chaque fête gâtant les enfants, le débat sur les jouets genrés et sexistes fait son retour. À juste titre d’ailleurs, car que ce soit dans les catalogues, dans les rayons, ou sur les emballages, la distinction entre les jouets pour filles et ceux pour garçons est encore visible.

Même si certaines enseignes ont déjà évolué, il reste encore du travail. Sur le site des magasins Broze par exemple, un onglet permet de trouver un cadeau suivant le genre de l’enfant.

Mathilde Liégeois est maman de deux petites filles. Pour préparer la fête de Pâques, elle s’aventure sur le site du magasin Broze. Quel ne fut pas son étonnement lorsqu’elle clique sur l’onglet Trouver un cadeau. Elle doit alors faire un choix : un cadeau pour une fille ou pour un garçon. En fonction de sa réponse, de l’âge de ses enfants, puis de son budget, l’algorithme du site lui présentera une série d’articles. "C’est un choix binaire qui nous limite malheureusement, explique-t-elle. On ne devrait pas choisir un genre pour pouvoir s’amuser."

Mon aînée adore le rose et les paillettes, et elle joue aussi aux pirates, aux chevaliers et aux pompiers

Elle a alors décidé de contacter l’enseigne en expliquant que ce genre de scission dans les catalogues, à notre époque, est dérangeante. Elle écrit qu’elle n’en veut évidemment à personne et qu’elle souhaite juste faire remonter son ressenti pour "faire évoluer les choses." La réponse reçue, ainsi que le ton l’ont refroidie. Le community manager des Jouets Broze s’est dit "fatigué" par ce débat, et a précisé : "tout est fait dans nos magasins pour ne pas faire de polémique."

Il a ensuite assuré que les dominantes roses et bleues feront toujours partie des rayons, et que les poupées roses se vendront toujours plus que les bleues aussi, ainsi que "les voitures pour des petits garçons". Il termine son message en affirmant qu’ils auront tout de même toujours une offre pour tous les enfants.

►►► Retrouvez en cliquant ici tous les articles des Grenades, le média de la RTBF qui dégoupille l’actualité d’un point de vue féministe

L’onglet désuet

Contacté par nos soins, Cédric Haleng, directeur marketing de Broze, explique que cet onglet disparaitra lors de la refonte du site, en juin. "Il avait été mis en place suite aux retours de notre clientèle qui n’avait parfois pas trop d’idée de cadeaux. Maintenant, on se rend bien compte que cet onglet n’est plus vraiment dans l’air du temps."

Le responsable précise également que cette page avec son choix binaire "n’est pas un passage obligé pour faire son choix." Concernant la réponse qu’a reçue Mathilde Liégeois, il se dit "désolé de cet incident", et ajoute qu’il cherchera à éclaircir l’affaire en interne, ne sachant pas qui est l’auteur de la réponse.

Une évolution, pas à pas

Même si les mentions "pour fille" ou "pour garçon" ont disparu des packagings, comme ceux de LEGO, ou des rayons, ces derniers se distinguent toujours bien en deux catégories : le rayon à dominante rose et celui à dominante bleu. Dans le premier, les jouets "féminins" pour apprendre à prendre soin de soi et des autres, dès le plus jeune âge.

Dans le second trôneront les jeux pour développer sa force, notamment mentale. Idem dans les catalogues papiers : dans les pages roses se trouveront les jouets douceurs comme les poupées à habiller, les poneys à coiffer ou les maisons et châteaux à organiser, tandis que les pages bleues proposent plutôt des véhicules et des jeux de construction, d’aventure et de réflexion. Certes, des évolutions sur les représentations des genres sont notables dans les publicités, comme des petits garçons qui s’occupent d’une poupée ou des filles qui jouent avec des camions. Mais n’espérez pas voir un garçon chevaucher un vélo rose, ils ne sont visiblement pas faits pour eux.

Il faut également savoir ce qu’il y a comme action derrière le jouet

Hélène Detroz est coordinatrice de L’Aquarelle, une halte d’accueil de l’ASBL Ballon Rouge. Depuis plusieurs années déjà, elle met en place des animations sur le sujet des jouets sexistes. Elle explique qu’on remarque une évolution chez les commerçants, même s’il y a encore du travail. Les couleurs sont un enjeu commercial pour les marques, et le modèle du petit garçon est souvent plus représenté que celui des filles. On verra davantage un garçon poser avec des jeux traditionnellement "pour fille" dans les publicités, que l’inverse. "Il faudrait aussi plus de place pour la diversité. Si on regarde au niveau de la représentation raciale et des modèles de classes, là on n'y est pas."

C’est quoi le problème avec les catalogues et jouets genrés ?

Les femmes sont sous-représentées dans plusieurs milieux traditionnellement réservés aux hommes, comme en sport ou dans les métiers scientifiques par exemple. Il s’agit donc de transmettre le message aux filles, dès leur plus jeune âge, qu’elles peuvent décider de faire ce qu’elles veulent dans la vie : astronaute, pompière, infirmière ou encore coiffeuse, elles ont le choix.

Et cela passe aussi par les jeux. Face à la séparation rose-bleu, Mathilde Liégeois s’interroge : "Il faut également savoir ce qu’il y a comme action derrière le jouet." Autrement dit, même si les emballages ne sont plus ouvertement marqués de l’inscription "pour fille" ou "pour garçon", il ne faut pas non plus que leur utilisation alimente les stéréotypes de genre. Ces jeux représentent des moyens d’apprentissage.

►►► Pour recevoir les informations des Grenades via notre newsletter, n’hésitez pas à vous inscrire ici

En les catégorisant de quelque manière que ce soit, on présente aux enfants des rôles stéréotypés qu’ils peuvent aisément intégrer. Or, les inégalités homme-femme étant un combat depuis plusieurs années, proposer aux enfants toutes les possibilités de jeux qu’ils peuvent s’approprier, peu importe leur genre, peut faire partie des solutions.

Trouver le jouet qui leur correspond

Selon Hélène Detroz, il faut laisser l’enfant choisir le jouet qu’il désire et l’accompagner dans son envie, tout en lui expliquant les autres possibilités qui s’offrent à lui. "Il faut que chacun puisse trouver sa façon d’être. Donc on accompagne, on explique et on commente les choix de son enfant, sans lui retirer ou interdire un jouet bien sûr." Mathilde Liégeois rejoint cet avis. "Mon aînée adore le rose et les paillettes, et elle joue aussi aux pirates, aux chevaliers et aux pompiers. L’important est de ne pas aller contre ses envies."

Hélène Detroz conseille d’ailleurs aux parents d’être créatifs, en précisant que les magasins de jouets sont rarement une bonne idée et qu’il y a d’autres moyens de s’amuser. La Fédération Wallonie-Bruxelles, quant à elle, donne plusieurs conseils aux parents et encadrants d’enfants pour s’amuser tout en diminuant les stéréotypes dans les jeux.

Une allée non genrée ?

En 2021, la marque danoise LEGO a été félicitée pour sa nouvelle gamme de figurines non genrées aux couleurs du drapeau LGBTQ +. Coup de marketing ou pas, c’est un pas en avant qui a permis d’ouvrir le débat et qui a fait réfléchir.

Aux États-Unis, c’est une loi qui a été votée en septembre dernier. En effet, d’ici 2024 en Californie, les entreprises de jouets employant plus de 500 personnes devront obligatoirement ajouter une allée non genrée dans leurs magasins. Il ne s’agit pas de supprimer les allées roses et bleues, mais d’en créer une troisième où les enfants pourront trouver ce qu’ils veulent sans être influencés par les couleurs ou tout autre choix marketing. Des amendes sont prévues, à hauteur de 250$ pour la première infraction, et de 500$ pour toute récidive.

Un système identique en Belgique permettrait-il de combattre le sexisme aux allées jeux ? Pas vraiment pour Hélène Detroz. Les enfants doivent pouvoir avoir le choix parmi tous les types de jeux. "C’est un travail complexe, et je pense qu’on ne change pas la société à coups de lois."


Pour en savoir plus

La ligue des familles a créé le quizz "Fais pas ton genre", qui vous plonge dans le rôle du papa et de la maman face à des situations du quotidien. L’occasion de s’interroger sur nos stéréotypes et comportements : à consulter par ici.


La Semaine Viva – Hélène Detroz sur les jouets genrés

La Semaine Viva - Hélène Detroz sur les jouets genrés

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Cet article a été écrit lors d’un stage au sein de la rédaction des Grenades.

Si vous souhaitez contacter l’équipe des Grenades, vous pouvez envoyer un mail à lesgrenades@rtbf.be

Les Grenades-RTBF est un projet soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles qui propose des contenus d’actualité sous un prisme genre et féministe. Le projet a pour ambition de donner plus de voix aux femmes, sous-représentées dans les médias.

Articles recommandés pour vous