RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

Surpopulation dans les prisons : une situation "catastrophique", tempérée par des transferts de détenus

Prison Mechelen
08 juil. 2022 à 14:13Temps de lecture2 min
Par Patrick Michalle

Chaque été, la situation dans les prisons du Royaume suscite l’inquiétude. En raison de la surpopulation carcérale, un mal récurrent en Belgique, et aussi des conditions de vétusté de certains établissements couplées à un manque de personnel. La Belgique est régulièrement mise en cause à l'échelle internationale pour l'état de ses prisons. Conséquence, l’administration pénitentiaire tente de trouver des solutions en transférant les détenus vers les prisons où il est encore possible de solliciter de l'espace pour des détentions.

Utiliser des cachots, faute de places

Pour Grégory Wallez, permanent CGSP du secteur des prisons, la situation devient "catastrophique" dans certaines prisons, comme celle de Mons, "où l’on doit utiliser les cachots pour mettre des détenus faute de places". Un avis partagé par le parlementaire Eric Thiébaut (PS) qui a interpellé le ministre de la Justice à la Chambre : "la surpopulation à Mons atteint des niveaux inacceptables. La prison comptait 371 hommes pour 274 places et 44 femmes pour 27 places ce 7 juillet. C'est 114 personnes de trop !".

Une situation, ajoutait le député, rendue d’autant plus intenable par la vétusté des locaux :"Le bâtiment est complètement pourri : des champignons, des rats et des punaises sont toujours présents dans les cellules. Une partie du toit du côté de la cabine de haute tension menace même de s’effondrer". Et de demander au Ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne d’accélérer l’arrivée de dix agents supplémentaires avant le 1er août et d’inscrire (enfin) dans le Masterplan de la construction d’une nouvelle prison à Mons.

Saint-Gilles, d'inévitables transferts de détenus

Prison de Saint-Gilles
Prison de Saint-Gilles © Tous droits réservés

À la prison de Saint-Gilles, sur base des derniers chiffres communiqués, le nombre de détenus dépasse le maximum autorisé par l’arrêté communal pris par le bourgmestre pour limiter la surpopulation : ils seraient 921 détenus pour une capacité de 840. Et l’arrêté pris en novembre dernier limite la surpopulation tolérée à 910 détenus. Conséquence : six prisons wallonnes ont été sollicitées pour accueillir le nombre de détenus excédentaires (Nivelles, Tournai, Saint-Hubert, Ittre, Lantin et Andenne).

Situation sous contrôle mais elle pourrait déraper

© Tous droits réservés

Un déséquilibre Nord-Sud explique la raison pour laquelle, ces transferts de détenus sont dirigés vers les prisons wallonnes. Pour s’en rendre compte, les derniers chiffres communiqués en matière de surpopulation sont explicites : en Wallonie, avec 4470 détenus, l’excédent est de 372 alors qu’en Flandre, l’excédent atteint 1036 sur une population totale de 5022 détenus. À Bruxelles où l’on compte moins de prisons, l’excédent est de 79 sur une population de 1099 détenus.

La balle renvoyée aux directions locales

Si, sur un plan plus général, le permanent Grégory Wallez (CGSP) reconnaît que l’administration pénitentiaire fait ce qu’elle peut pour améliorer la situation dans une configuration difficile où elle ne maîtrise pas le flux des détenus qui arrivent et doit fonctionner avec des procédures de recrutement lourdes ainsi qu'un manque récurrent de candidats pour travailler en prisonC’est la raison pour laquelle, l'objectif n'est évidemment pas de mettre de l'huile sur le feu, la consigne est donnée aux affiliés du personnel "de laisser les directions locales gérer la situation" avec l’espoir qu’une bonne organisation du travail permettra d’éviter les dérapages durant ces mois d'été. Reste que sans solution, les syndicats seront présents : "en cas de problème, il n’y aura pas d’autres solutions que de déposer des préavis". Le message se veut clair.

Sur le même sujet

Etat des prisons en Belgique : les observations inquiétantes du Conseil central de surveillance pénitentiaire

Belgique

Application des peines de deux à trois ans de prison. Dès ce 1er septembre, passage obligatoire derrière les barreaux

Justice

Articles recommandés pour vous