Retour aux sources

Susan, l’héroïne cachée des légionnaires de Bir Hakeim

© Tous droits réservés

25 oct. 2022 à 12:44 - mise à jour 29 oct. 2022 à 07:04Temps de lecture2 min
Par Ariane Denis

Elodie de Selys nous trace le portrait d’une femme hors du commun. Flamboyante, héroïque, solaire, Susan Travers est de ces femmes que l’on n’oublie pas. Elle a la beauté magnétique et l’énergie farouche des grandes aventurières. Pendant sept ans (de 1940 à 1947), cette Anglaise élevée dans le Sud de la France a fait la guerre en tant que chauffeur au sein des Forces des Français Libres puis en Indochine.

 

© Tous droits réservés

La Miss des légionnaires de Bir-Hakeim

Toute sa vie, Susan Travers fut appelée " la Miss " par les légionnaires de Bir-Hakeim. " Un drôle de mec " disait-on d’elle. Elle fut la première auxiliaire à lancer sa vieille Ford rouillée sous les bombes de Bir-Hakeim, pour rejoindre les lignes anglaises après dix-huit jours de combat contre l’Afrika Korps et à sauver la vie du général Koenig. Mais elle dût attendre l’âge de 86 ans pour être reconnue et enfin décorée de la légion d’Honneur, avant que Simone Veil plus tard ne lui rende hommage. Cette femme, adjudant-chef de Légion, a été le grand amour du général Koenig, un homme bourru et soucieux des convenances. Cet amour né sous les bombes fut un amour caché jusqu’à la fin. Une histoire passionnante livrée par Patrick Jeudy sur base d’images d’archives et de très beaux dessins originaux de Jérémie Gasparutto et avec la voix de la comédienne Irène Jacob.

Un documentaire de Patrick Jeudy à voir dans "Retour aux sources" le samedi 29 octobre à 2h35 sur la Trois. A REVOIR SUR AUVIO DURANT 90 JOURS

 

Vous pourrez voir ensuite à 21h30 "Les inconnus du bois de la Reulle"

© Tous droits réservés

Les SS de la Panzerdivision Das Reich, après le massacre d’Oradour-sur-Glane, commirent le long de leur route, un grand nombre de crimes, moins connus, mais tout aussi terrifiants. Nombre de civils et de résistants furent abattus puis enterrés dans des fosses communes. Certains restent encore aujourd’hui disparus. C’est ainsi que le 27 juin 1944, 17 jours après la tragédie d’Oradour-sur-Glane, les SS vont fusiller 15 résistants chrétiens et juifs. Après la guerre, 10 d’entre eux seront identifiés laissant 5 morts anonymes. X comme nous les appelons plus communément aujourd’hui. 70 ans après les faits, Agnès Pizzini nous propose de suivre des familles et quelques passionnés de l’Histoire dans leur quête, pour les uns de vérité, pour les autres de mémoire. Entre enquête dans les archives, recherche de liens de parenté, tests ADN ce documentaire retrace cette quête d’identité. Ou la volonté de quelques-uns de faire surgir la mémoire. Se souvenir pour pouvoir un jour oublier.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous