Symptômes de Covid-19 ou de grippe ? "L'arrivée de l'automne risque de créer des difficultés"

Sophie Wilmès: l automne et ses traditionnels maux

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

23 sept. 2020 à 13:34 - mise à jour 23 sept. 2020 à 13:34Temps de lecture2 min
Par Am.C.

C’est devenu le casse-tête pour les parents ou les personnes à la santé fragile : un nez qui coule, la gorge qui gratte, de la fièvre… est-on face à des symptômes du Covid-19 ou d’une banale grippe saisonnière ?


►►► À lire aussi : Contacts sociaux, masque, quarantaine… voici toutes les nouvelles mesures annoncées par le Conseil national de sécurité ce 23 septembre


"Le dernier CNS du mois de septembre coïncide aussi avec la fin de l’été et le début de l’automne", a ainsi souligné Sophie Wilmès, la Première ministre lors de la conférence de presse qui a suivi le Conseil National de Sécurité.

Dans ce contexte, "les rhumes, grippes, sinusites et autres maladies du même ordre feront également leur retour, pour ceux qui ne sont pas déjà malades. Bien souvent, les symptômes de ces maladies sont similaires à ceux du Covid".

Identifier les symptômes

"Je suis maman aussi, et je me rends compte qu'il est difficile de savoir quelle décision prendre quand un nez commence à couler ou quand la gorge commence à gratter", souligne encore Sophie Wilmès.

La Première ministre renvoie vers le site officiel info-coronavirus.be. On y lit notamment ceci concernant le Covid-19 : "Les symptômes varient d’une maladie modérée à sévère des voies respiratoires s’accompagnant de fièvre, de toux et/ou de difficultés respiratoires. D’autres symptômes ont également été rapportés : fatigue intense et brutale, perte de goût et/ou de l’odorat, diarrhée, éruptions cutanées."

Soulager les médecins généralistes

L’objectif est donc d’éviter la saturation des soins de santé de première ligne. Comme l’a déclaré Sophie Wilmès : "L’arrivée de l’automne, puis de l’hiver, risquent de créer des difficultés pour les familles, engorger la médecine généraliste et, au final, entraîner une demande très forte de testing."

Les différents laboratoires belges effectuent en ce moment quelque 250.000 tests par semaine en moyenne. "L’objectif reste d’augmenter la capacité du testing pour être prêt pour la saison de la grippe, avec une capacité de 70.000 à 90.000 tests par jour", précise encore la Première ministre.

Dans le même temps, le fédéral a présenté sa stratégie pour affronter l’hiver :

  • Augmentation de la capacité de testing des centres existants et ouverture prochaine de nouveaux centres de dépistage ;
  • Création d’un call-center pour centraliser toutes les demandes d’informations et ainsi soulager les médecins généralistes ;
  • Mise en place d’une plateforme de rendez-vous pour répartir les demandes à travers les centres disponibles ;
  • Allègement des charges administratives des médecins en permettant à plus de professionnels de fournir un code pour le testing ;
  • Favoriser l’obtention directement par les patients des résultats des tests effectués grâce à un site internet. Et le fédéral de citer les plateformes Collaboratief Zorgplatform (Cozo) ou masanté.belgique.be, qui délivrent déjà ce type d’informations "mais qui ne sont pas encore suffisamment utilisés".

CNS : soulager les généralistes

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous