RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde

Taïwan : l’invasion de l’île par la Chine, un scénario plausible ?

Des soldats débarquent des véhicules d'assaut amphibies AAV7 lors de l'exercice militaire Han Kuang, qui simule l'invasion de l'île par l'Armée populaire de libération (APL) de Chine, le 28 juillet 2022 à Pingtung, Taïwan.
05 août 2022 à 13:06 - mise à jour 08 août 2022 à 11:21Temps de lecture2 min
Par Benoît Feyt & Alice Debatis

Depuis plusieurs jours, l’armée chinoise multiplie les manœuvres dans le détroit de Taïwan. Tirs de missiles et incursions aériennes se succèdent en guise de représailles à la visite de la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, à Taïpei, mardi et mercredi.

Située à moins de 150 km des côtes chinoises, l’île de Taïwan pourrait-elle être prochainement envahie par l’armée chinoise ? Pour Antoine Bondaz, chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS) et spécialiste de la Chine et de Taïwan, la réponse est à nuancer.

La Chine pourrait-elle envahir Taïwan ?

" Pékin exerce une pression diplomatique, économique et militaire en constante augmentation sur Taïwan depuis 2016. Mais il y a très peu de chances de voir la Chine déclencher une guerre à Taïwan dans les prochains jours. On n’en voit pour l’instant aucun indicateur. On assiste, certes, à des exercices militaires chinois sans précédent dans la région mais il n’y a pas, à proprement parler, de mobilisation générale de l’armée qui pourrait laisser penser qu’une offensive se prépare. Il ne faut pas non plus oublier que les garanties américaines de sécurité sont bel et bien présentes à Taïwan."

Comment interpréter ces démonstrations de force de l’armée chinoise dans le détroit de Taïwan alors ?

"En fait, la Chine est en train d’instrumentaliser la visite de Nancy Pelosi à Taïpei pour provoquer une crise avec les États-Unis. Cette stratégie répond en partie à un agenda "intérieur" car, au mois de novembre, la Chine organisera le 20e Congrès du Parti communiste chinois. A cette occasion le président Xi Jinping souhaite apparaître comme l’homme fort du régime. Il lui importe donc de montrer ses muscles à la population chinoise en lui disant que la question de Taïwan peut être résolue et que les États-Unis ne sont plus aussi puissants qu’auparavant.

L’idée est de progressivement modifier le statu quo qui prévaut autour de Taïwan depuis plusieurs décennies. Ça se marque notamment par la multiplication des incursions militaires chinoises dans l’espace aérien et naval taïwanais qui exercent une pression sans précédent sur l’armée taïwanaise. Cette stratégie répond aussi à un agenda "extérieur" qui vise à démoraliser les Taïwanais. On voit d’ailleurs que la communication de Pékin autour de ses manœuvres militaires est bien plus présente sur les réseaux sociaux que dans la presse chinoise."

Le scénario d’une guerre deviendra-t-il plus plausible avec le temps ?

"Le temps joue en faveur de la Chine, c’est clair. Ces dernières années, le différentiel de puissance entre Taïwan et la Chine s’est progressivement accru au bénéfice de Pékin. Les capacités militaires de la Chine ont ainsi nettement évolué ces vingt dernières années. Le budget de l’armée a été multiplié par six alors le budget de l’armée taïwanaise a stagné. La perception de la menace, qui se base sur l’accroissement des capacités militaire mais aussi sur la volonté affirmée par Pékin de reprendre la main sur Taïwan, s’est ainsi accrue. Il y a donc un sentiment d’urgence qui augmente à Taïwan où l’on se prépare désormais à toutes éventualités."

Sur le même sujet :

Chine - Taïwan : Poursuite de la guerre des nerfs

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

La Chine sanctionne sept représentants taïwanais accusés de prôner l’indépendance de l’île

Monde Asie

La "WorldPride Taiwan 2025" n’aura pas lieu car l’île ne voulait pas que son nom apparaisse dans l’intitulé

Monde

Articles recommandés pour vous