Teaser and the Firecat de Cat Stevens a 50 ans

© © Tous droits réservés

01 oct. 2021 à 04:37Temps de lecture2 min
Par Laurent Rieppi

Aux côtés de Tea for the Tillerman (1970), Teaser and the Firecat fait partie des grands classiques de la carrière de Cat Stevens. Bref retour sur un album sur lequel on retrouve des classiques tels que "Morning Has Broken" ou encore "Moonshadow"…

Teaser & the Firecat est le 5e album de Cat Stevens, un album sorti le 1er septembre 1971.

Il suit d’un peu moins d’un an la sortie d’un autre grand album de Cat Stevens Tea for the Tillerman, album somptueux sur lequel on retrouvait des classiques comme "Wild World", "Where Do The Children Play", "Sad Lisa"…

L’album poursuit dans la même lignée.

Cat Stevens possède encore de très nombreuses excellentes compositions en stock, on peut donc considérer Teaser & the Firecat, comme le "petit frère", le digne successeur de Tea for the Tillerman.

On ne change pas une équipe qui gagne, on retrouve donc ici essentiellement la même équipe que celle présente sur l’album précédent à savoir le guitariste Alun Davis, le batteur Harvey Burns et le producteur Paul Samwell-Smith (connu également pour avoir produit les Yardbirds dans les 60’s).

Viennent ici s’ajouter la présence du bassiste et percussionniste Larry Steele (musicien de session très demandé qui a alors déjà eu l’occasion d’accompagner Stephen Stills ou encore Al Stewart) ainsi que du batteur Gerry Conway (qui enregistrera, quelques mois plus tard, le premier album de Sandy Denny et travaillera avec Jethro Tull dans les 80’s).

Teaser & the Firecat est enregistré durant le mois de mars 1971 au célèbre Morgan Studios de Londres. Quelques petites sessions supplémentaires auront lieu également au Island Basing Street studio (site également à Londres).

Le producteur Paul Samwell-Smith ainsi que ses deux ingénieurs du son disposent d’une Studer 16 pistes pour l’enregistrement. L’ambiance en studio est très bonne, très détendue, on n’hésite pas à faire quelques petites pauses pour prendre le thé, il n’y a pas de stress.

Cat Stevens (connu aujourd’hui sous le nom de Yusuf Islam) précisera en 2008 :

C’est comme le Yin et le Yang : Teaser & The Firecat c’était la nuit, alors que Tea for the Tillerman c’était le jour
 

Cat Stevens sur scène en 1971
Cat Stevens sur scène en 1971 Michael Putland/Getty Images

Morning Has Broken

A signaler la présence de Rick Wakeman sur cet album. Alors un pianiste/claviériste très demandé, il rejoindra Yes peu de temps après avoir terminé le travail sur cet album.

En fait, Wakeman enregistrait dans un studio voisin, au coin de la rue, et, un jour, Cat Stevens, qui est à la recherche d’un pianiste, va simplement le trouver et lui demande de le rejoindre pour enregistrer le titre "Morning Has Broken".

Les deux musiciens se mettent alors au travail. Ils sont tous les deux assis devant le piano et bossent pendant une heure ou deux. Rapidement, ils trouvent une mélodie pour accompagner la guitare et enregistrent chacun une prise. Le soir, le morceau est déjà enregistré et, ce, mixage compris.

Le résultat est somptueux. Malheureusement, pour des raisons de droits (et par peur d’avoir des soucis avec la maison de disques de Rick Wakeman), son nom n’est pas crédité sur l’album à l’époque.

On ignorera donc sa présence sur le titre pendant de nombreuses années. Sur les rééditions actuelles, heureusement, le nom de Wakeman a été ajouté.

Loading...
Loading...

Un grand succès

Tout comme Tea for the Tillerman, Teaser and the Firecat connaît un énorme succès. L’album se retrouve ainsi à la seconde place des charts aux Etats-Unis, à la troisième place des charts en Angleterre et constitue un triomphe un peu partout en Europe. Toujours aujourd’hui il est une référence dans l’histoire de la musique folk/rock britannique.

Loading...

Sur le même sujet

Yusuf/Cat Stevens fête les 50 ans de "Teaser and the Firecat"

Articles recommandés pour vous