RTBFPasser au contenu
Rechercher

Témoignage d'un infirmier à domicile : le port du masque est indispensable pour soigner chaque patient

Témoignage d’un infirmier à domicile : le port du masque est indispensable pour soigner chaque patient
10 avr. 2020 à 04:09Temps de lecture2 min
Par Isabelle Palmitessa

Masque ou pas masque ? On a vu beaucoup de débats ces derniers temps à propos du port du masque chez les particuliers. Mais en ce qui concerne le personnel soignant, cela semblait moins controversé. Eh bien non… Le 1er avril dernier, les infirmiers à domicile ont reçu des consignes de la part du SPF santé. Dans ce courrier, il est indiqué qu' "Il n’est pas nécessaire de porter un masque chirurgical pour chaque patient. Le masque est nécessaire uniquement s’il s’agit de la prise en charge d’un patient confirmé ou possible COVID-19. Pour des situations ou des actions spécifiques où le port du masque est toujours nécessaire. Si l’infirmier-ère est un contact familial (cohabitant) asymptomatique d’un cas possible ou confirmé".

A la lecture de ces recommandations, Jean-Pierre Vincent a été choqué. Infirmier indépendant expérimenté, installé à Hensies,  il a adopté le port du masque dès le début de l’épidémie et pour tous ses patients. Il n’est pas le seul d’ailleurs : "tous les infirmiers que je connais l’ont fait, malgré le manque de matériel, on a connu un mouvement de solidarité, on s’est dépanné quand il manquait quelque chose, ça a été la débrouille, une débrouille intelligente. J’ai aussi la chance d’habiter dans une commune qui a réagi au quart de tour".

Soigner les patients sans masque, c’est illogique

Cet infirmier justifie le port systématique du masque avec chaque patient par le fait qu’il se rend chaque jour chez une trentaine de personnes et qu’il lui est impossible de savoir s’il y a parmi eux des malades asymptomatiques et contagieux : "on ne peut pas deviner si le patient a été en contact avec d’autres personnes, avec des voisins… J’ai été choqué de lire qu’on nous demandait de ne pas porter de masque, un courrier envoyé trois semaines après le début du confinement". Autre point soulevé par Jean-Pierre Vincent : le document du SPF santé fait référence au port de masques chirurgicaux pour s’occuper de patients atteints du coronavirus. Là aussi, notre infirmier va plus loin, grâce à l’entraide locale, il a pu se procurer des combinaisons, masques adaptés, gants et visière pour s’occuper de ces patients, "ce matériel reste chez les patients, j’ai organisé un sas de décompression".

Cet infirmier va plus loin, pour lui, le bon sens voudrait que l’on conserve les bonnes habitudes en terme d’hygiène et de prévention : "en Belgique, on agit quand le mal est déjà là. On devrait chaque année prendre des mesures de précautions, même pour l’épidémie de grippe".

 

Articles recommandés pour vous