Temps de jeu, passes réussies : les effets du covid persistent... jusqu'à 7 mois après

Football : Lionel Messi (PSG), récemment positif au covid

© AFP or licensors

07 janv. 2022 à 12:27Temps de lecture2 min
Par Maxime Berger

A une semaine de la reprise en Pro League, on dénombre plus de 50 cas de coronavirus en D1A, soit un peu plus de 10% des joueurs.

De nombreux matches remis en Premier League, plus de 100 cas en Liga ou des équipes qui ne se présentent pas sur le terrain en Serie A : les autres championnats ne sont logiquement pas épargnés non plus par la situation sanitaire mondiale. Une étude s'est penchée sur l'impact du covid chez les joueurs de foot professionnels.

"Après cinq minutes d'activité, j'ai été obligé de m'arrêter car j'avais du mal à respirer" : les mots de Paulo Dybala, brillant attaquant de la Juventus Turin, en mars dernier peuvent paraitre anodins, mais ils reflètent la réalité des sportifs de haut niveau. Après une contamination au coronavirus, une partie de la vie professionnelle change. Les statistiques sont impactées, parfois jusqu'à 225 jours après la contamination, indique The Economist.

L'étude menée par ce site spécialisé compare trois données, selon qu'un joueur ait été contaminé par le covid ou non : le temps de jeu général, le nombre de minutes disputées par match et le nombre de passes réussies.

Concernant le premier chiffre, un joueur positif au covid jouera, lors des 75 premiers jours après la contamination, jusqu'à 15% en moins qu'un joueur non-contaminé. L'écart a ensuite tendance à se résorber, n'étant plus que de 5% maximum à partir du 150e jour (soit cinq mois).

Le nombre de minutes disputées sur une rencontre, toujours en comparant un joueur contaminé et un autre resté négatif, diminuera légèrement (maximum quatre minutes) durant les 75 premiers jours après contamination. L'écart ne sera plus que de deux minutes au 150e jour, avant de tendre vers une égalité par la suite.

Enfin, si on regarde le nombre de passes réussies sur un match, un joueur infecté va là aussi obtenir un moins bon résultat qu'un joueur non-contaminé : en moyenne quatre passes en moins, soit environ 10 à 15% par match, entre le 75e et le 225e jour après test positif au covid, soit un impact calculé plusieurs mois après.

Loin d'être révolutionnaire, ce n'était pas son but, cette étude permet de tirer quelques bilans et confirme au minimum une tendance : longtemps après l'infection, les joueurs jouent moins de minutes et, c'est peut-être un peu plus surprenant, effectuent moins de passes.

Pour les footballeurs professionnels, c'est plus que certainement valable pour beaucoup d'autres sports également, les effets du covid persistent durant plusieurs mois, parfois jusqu'à 225 jours, soit plus de sept mois.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous