Monde

Tensions entre le Kirghizstan et le Tadjikistan : le président Japarov demande la médiation de Poutine

Le président kirghiz Sadyr Japarov

© Getty images

17 oct. 2022 à 12:28Temps de lecture1 min
Par Belga édité par D. V. Ossel

Le président kirghiz Sadyr Japarov a demandé à son homologue russe Vladimir Poutine de "s'impliquer" dans le processus de démarcation des frontières avec le Tadjikistan, un mois après des affrontements meurtriers, a rapporté lundi un média d'État.

Selon des propos de Marat Imankoulov, secrétaire du Conseil de sécurité kirghiz, à la radio d'État Birintchi, "notre président s'est adressé à Poutine et a demandé l'aide de la Russie" car il était "compliqué pour les deux parties d'arriver à un accord".

Une partie des 970 kilomètres de frontière commune de ces deux pays d'Asie centrale est contestée depuis la dislocation de l'URSS, sur fond de tensions pour l'accès aux ressources.

Mi-septembre, des affrontements dans la région de Batken, au sud-ouest du Kirghizstan et frontalière du Tadjikistan, ont coûté la vie à une centaine de personnes, selon les autorités des deux pays.

Démarcation

"Les problèmes frontaliers ont éclaté car les questions de démarcation et de délimitation n'ont pas été réglées à l'époque", où ces deux pays d'Asie centrale faisaient partie de l'Union soviétique, a argué M. Imankoulov.

"La Russie est l'État successeur de l'Union soviétique, les documents d'archives et les cartes sont à Moscou", a-t-il ajouté, alors que le Kirghizstan et le Tadjikistan sont membres de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), alliance militaire chapeautée par Moscou.

La Russie est l'État successeur de l'Union soviétique, les documents d'archives et les cartes sont à Moscou.

Vladimir Poutine, Sadyr Japarov et leur homologue tadjik Emomali Rakhmon se sont entretenus le 13 octobre à Astana au Kazakhstan, en marge de sommets régionaux.

C'était la première rencontre entre MM. Saparov et Rakhmon depuis les affrontements meurtriers en septembre.

Le président russe avait assuré lors d'une conférence de presse à l'issue de cette rencontre que la Russie ne "prétendait pas au rôle de médiateur" mais qu'elle "regarderait les documents et les cartes" pour "chercher une solution".

 

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous