Monde Europe

Tensions post-Brexit : l’UE propose un compromis pour que l’Irlande du Nord continue d’être approvisionnée

© © Tous droits réservés

La Commission européenne a proposé vendredi des mesures visant à assurer la continuité de l’approvisionnement à long terme en médicaments de l’Irlande du Nord depuis la Grande-Bretagne, pour tenter de désamorcer les tensions post-Brexit avec Londres.

La Commission européenne propose de modifier sa législation "pour garantir que tout le monde en Irlande du Nord aura accès aux mêmes médicaments, et dans les mêmes délais, que dans le reste du Royaume-Uni", a annoncé à la presse le vice-président de l’exécutif européen Maros Sefcovic.

En pratique, la vente de génériques (tels que le paracétamol) pourrait être autorisée en Irlande du Nord selon les procédures nationales du Royaume-Uni, et les habitants de la province auraient accès aux "traitements innovants", comme les nouvelles thérapies anti-cancer, en même temps que les autres Britanniques.

Par ailleurs, une "solution transitoire" permettra à l’Irlande du Nord de recevoir tout nouveau médicament autorisé au Royaume-Uni jusqu’à ce que l’autorisation correspondante soit également accordée dans l’UE. Et aucun emballage spécifique ne sera exigé pour les médicaments envoyés depuis la Grande-Bretagne.


►►► Lire aussi : Brexit : le Royaume-Uni "déçu" des menaces de blocage des pêcheurs français


Le Royaume-Uni et l’UE mènent depuis plusieurs mois d’âpres pourparlers pour aplanir leurs divergences sur la mise en œuvre du protocole post-Brexit sur l’Irlande du Nord, effectif depuis le début de l’année.

Le texte maintient la province britannique d’Irlande du Nord dans l’union douanière et le marché unique européens, pour empêcher le retour d’une frontière physique sur l’île, qui risquerait de fragiliser l’accord de paix de 1998.

Mais ce protocole prévoit aussi des contrôles douaniers et phytosanitaires pour les marchandises livrées par la Grande-Bretagne à l’Irlande du Nord, ce qui est selon les Britanniques à l’origine de difficultés d’approvisionnement.

Mi-octobre, l’UE avait déjà proposé d’alléger sensiblement les contrôles phytosanitaires et les formalités douanières pour un large éventail de marchandises destinées à la seule consommation de l’Irlande du Nord et qui n’entreront pas dans le reste du marché unique européen -un effort alors jugé insuffisant par Londres.

Le compromis proposé vendredi implique des conditions strictes pour garantir que les médicaments autorisés par le Royaume-Uni ne soient pas introduits dans le marché unique européen via l’Irlande du Nord.

Et si Londres assume seul la responsabilité de l’autorisation de médicaments pour l’Irlande du Nord, il doit respecter la législation de l’UE sur la qualité, la sécurité et l’efficacité des médicaments, a expliqué la Commission dans un communiqué.

Sur le même sujet

Tensions post-Brexit : la France demande à la Commission d’ouvrir une procédure juridique pour obtenir les licences de pêche

Monde Europe

Londres annonce la signature de l’accord commercial post-Brexit avec l’Australie

Monde Europe

Articles recommandés pour vous