Info

Tensions sociales : une grève perturbera les vols Ryanair en Belgique de vendredi à dimanche

22 avr. 2022 à 04:23 - mise à jour 22 avr. 2022 à 04:24Temps de lecture2 min
Par Belga

Une grève du personnel de cabine de Ryanair basé en Belgique entraînera la suppression de vols aux aéroports de Zaventem et de Charleroi de vendredi à dimanche. Environ un vol sur trois à destination et en provenance de Brussels Airport sera annulé ce vendredi, ainsi que 40 voyages au départ de Brussels South Charleroi Airport.

Les syndicats chrétiens francophone CNE et flamand ACV Puls ont annoncé cette action la semaine dernière après l'échec des négociations concernant la rédaction d'une nouvelle convention collective de travail (CCT) sur les salaires et les primes du personnel de cabine. Une ancienne - et première en Belgique - CCT pour le personnel de cabine, conclue au printemps 2019, a expiré à la fin du mois de mars. Elle prévoyait notamment un revenu mensuel fixe, quel que soit le nombre de vols effectués par les hôtesses et les stewards.

Le transporteur emploie environ 650 personnes en Belgique, dont quelque 400 stewards et hôtesses, mais n'y dispose pas d'un département RH, regrettent les représentants des travailleurs. Depuis trois ans, "Ryanair reconnaît qu'elle est soumise à la législation belge mais refuse d'investir dans une politique du personnel. Les fiches de salaire sont erronées, les salaires ne sont pas payés correctement, les documents sociaux ne sont pas en ordre, etc. Cela crée une source permanente de problèmes pour le personnel en Belgique", dénonce Didier Lebbe, secrétaire permanent CNE. Les syndicats entendent montrer que le personnel de cabine est un élément essentiel de la compagnie et que ce sont eux qui font fonctionner Ryanair.

 

La direction de la compagnie irlandaise à bas coûts déplore de son côté la décision des syndicats "d'abandonner les négociations et de procéder à une action de grève inutile et unilatérale". Cette action est "irresponsable" et met en difficulté les négociations, a réagi jeudi Eddie Wilson, le CEO de la compagnie Ryanair (et non du groupe, dirigé par Michael O'Leary), interrogé par l'agence Belga. Il accuse les syndicats de ne pas répondre aux propositions de la compagnie et de privilégier l'arrêt de travail.

"Ce n'est pas comme si on avait atteint un point de rupture", estime-t-il. "Alors que nous nous remettons seulement de la crise du Covid, partir en grève quand les négociations ne sont pas épuisées c'est totalement irresponsable. Ça rend simplement la Belgique moins attractive pour Ryanair en termes d'investissements."

En raison du mouvement, des dizaines de vols à destination et en provenance des aéroports de Zaventem et de Charleroi seront annulés vendredi, samedi et dimanche. Ryanair assure néanmoins que plus de 50% des voyages devraient être assurés. Ce vendredi, 10 vols (cinq allers et cinq retours) vers Madrid, Lisbonne, Barcelone, Rome et Dublin seront supprimés à Brussels Airport. Les annulations à Charleroi concernent 40 vols en partance notamment vers Bergame, Naples, Porto, Marseille, Manchester ou Lisbonne.

Les aéroports ne sont pas encore en mesure de déterminer combien de voyages seront supprimés samedi et dimanche.

Les clients concernés ont été ou seront avertis par e-mail et informés de la possibilité de changement de vol ou de remboursement. La dernière grève chez Ryanair en Belgique remonte à l'été 2018. Pendant quatre jours, 172 vols avaient alors été annulés ou retardés.

Sur le même sujet

Tensions sociales chez Ryanair : Test Achat met la compagnie en demeure

Economie

De nombreux vols en Europe menacés en raison de la grogne des aiguilleurs du ciel polonais

Economie

Articles recommandés pour vous