RTBFPasser au contenu
Rechercher

Tensions USA-Chine : "le monde ne peut pas se résumer à cette rivalité", dit Macron à l'ONU

Tensions USA-Chine : "le monde ne peut pas se résumer à cette rivalité", dit Macron à l'ONU
22 sept. 2020 à 18:19 - mise à jour 22 sept. 2020 à 18:19Temps de lecture1 min
Par Belga

"Le monde tel qu'il est aujourd'hui ne peut pas se résumer à la rivalité entre la Chine et les États-Unis", a déclaré mardi Emmanuel Macron devant l'ONU, en appelant la communauté internationale à "construire de nouvelles alliances".

"Nous ne sommes pas collectivement condamnés à un pas de deux qui, en quelque sorte, nous réduirait à n'être que les spectateurs désolés d'une impuissance collective", a précisé le président français dans son discours à l'Assemblée générale des Nations unies.

Emmanuel Macron est intervenu par vidéo quelques heures après Donald Trump qui a de nouveau vivement attaqué la Chine, illustrant le risque de "nouvelle guerre froide" entre les deux géants. Sans citer les Etats-Unis, le président chinois Xi Jinping a pour sa part mis en garde contre "le piège d'un choc des civilisations".


►►► À lire aussi : Tensions Chine-USA : l'Onu veut "éviter une nouvelle guerre froide"


Pour le président français, "le monde tel qu'il est aujourd'hui ne peut pas se résumer à la rivalité entre la Chine et les États-Unis, quel que soit le poids mondial de ces deux grandes puissances, quelle que soit aussi l'histoire qui nous lie, en particulier aux États-Unis d'Amérique".

Face à eux, "nous avons des marges de manoeuvre. A nous de les utiliser et à nous de savoir définir les priorités qui sont les nôtres dans cet environnement, de poser avec clarté nos choix et de construire des alliances nouvelles", a-t-il ajouté.

Emmanuel Macron a en particulier appelé l'Europe à "prendre toute sa part de responsabilité" et "à ne pas se dérober".

"L'Union européenne, dont beaucoup en quelque sorte, prédisaient la division et l'impuissance, a fait à la faveur de la crise, un pas historique d'unité, de souveraineté, de solidarité, de choix de l'avenir", a-t-il estimé. Il a notamment cité son action pour faire d'un vaccin contre le Covid-19 un bien universel ou pour réduire la dette des pays pauvres, notamment africains.

Extraits de notre 19h30 de ce 22 septembre :

ONU: assemblée générale par vidéos interposées

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Grands terrains de l'ONU

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous