Belgique

Tentative de piratage de la chancellerie du Premier ministre : une plainte a été déposée

23 août 2022 à 18:11 - mise à jour 24 août 2022 à 16:43Temps de lecture1 min
Par RTBF Info avec Belga

Le parquet fédéral a ouvert une information judiciaire sur un possible piratage des serveurs informatiques de la chancellerie du Premier ministre, qui assiste Alexander De Croo dans sa fonction et recèle donc nombre d'informations sensibles. L'information, dévoilée mardi par Het Nieuwsblad, a été confirmée par le parquet fédéral. L'enquête ne fait que commencer.

Le piratage, ou la tentative de piratage, a été constaté début août et proviendrait de l'étranger, selon Het Nieuwsblad. Interrogé, le cabinet du Premier ministre a confirmé "une activité suspecte" observée sur les systèmes informatiques de la chancellerie. "Les autorités compétentes ont directement pris des mesures de précaution supplémentaires pour exclure tout risque de sécurité ultérieur. Une enquête judiciaire doit déterminer le contexte l'incident", ajoute-t-on.

Une plainte a été déposée auprès du parquet fédéral.

Impact sur les polices locales et fédérales

Les services de la chancellerie approvisionnent de nombreux autres services, dont les polices locales et fédérale. "Tous les ordinateurs de tous les agents de ce pays ont dû être réinitialisés", selon des sources policières citées par le quotidien. "Chaque policier a dû demander un nouveau mot de passe. Et actuellement encore, tous les agents et enquêteurs ne peuvent pas utiliser leur ordinateur comme voulu. C'est très embêtant, face à la criminalité, et même ouvrir un mail est parfois difficile.

L'enquête technique est aux mains du Centre pour la Cybersécurité Belgique (CCB). Ce dernier a confirmé en soirée une "activité anormale" observée à la mi-août sur les serveurs du SPF Chancellerie. "D'éventuelles tentatives de piratage se produisent assez régulièrement, mais dans ce cas-ci, la situation est prise très au sérieux et une enquête est menée pour écarter tout risque. Plusieurs SPF sont potentiellement touchés", a commenté Michele Rignanese, porte-parole du CCB.

L'organe ne peut en dire plus sur l'enquête. "Qui est derrière tout cela, quel a été le modus operandi, ce sont des questions sur lesquelles nous ne pouvons fournir aucune information pour le moment."

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous