RTBFPasser au contenu
Rechercher

Planète - Portraits

Texas Vandervliet : Remorquable, des remorques-vélo à partager

Depuis 2018, l’ASBL Remorquable propose un service de prêt de remorques-vélo inspiré de la bibliothèque à outils Tournevie. Pour l’un de ses fondateurs, Texas Vandervliet, la mutualisation est souvent la solution la plus pertinente dans le cas d’objets encombrants, chers et peu utilisés. Elle permet une plus grande accessibilité économique à du matériel durable et de qualité. Combiné à de nombreuses activités socioculturelles participatives autour des remorques-vélo, l’envie de Remorquable est de rendre la pratique du vélo plus attractive et ainsi favoriser l’émergence de nouveaux imaginaires.

Texas Vandervliet est un jeune Bruxellois engagé sur les questions écologiques et sociales depuis plusieurs années déjà. "Ma prise de conscience s’est faite à travers le scoutisme. J’y ai appris le vivre-ensemble, le sens des responsabilités et l’empathie." Son activisme écologique démarre d’abord par la volonté d’agir pour le bien-être animal, en arrêtant de manger de la viande. Il réalise ensuite toute une série de changements d’ordre individuel, comme celui de devenir cycliste au quotidien. "À la fin du scoutisme, à l’approche de la COP21 à Paris, je me suis davantage engagé politiquement, dans certaines structures de désobéissance civile, d’actions directes."

Texas se nourrit alors de nombreuses lectures, échange avec les autres militants écologistes et finit par se poser de nombreuses questions sur notre modèle de société. Un modèle qui culpabilise le citoyen dans ses actions individuelles. "Le désastre écologique est de plus en plus grand et inarrêtable. Et, en gros, la société tend à dire que ce serait parce que tu prends des douches un peu trop longues ou que tu manges un peu trop de viande que tout va mal. C’est extrêmement culpabilisant. On pointe du doigt les citoyens alors que les problèmes sont systémiques, que la classe politique est manifestement corrompue et que les lobbys sont trop puissants, tellement il y a d’argent en jeu."

Bruxelles – Bichkek, 12.000 kilomètres à vélo en sept mois

Passionné par les longs voyages à vélo et en pleine phase de remise en questions, Texas s’échappe, en 2016, avec un ami vers Bichkek, la capitale du Kirghizistan. Durant sept mois, ils parcourent plus de 12.000 kilomètres et vont à la rencontre des locaux pour observer d’autres réalités. "C’est aussi l’occasion de remettre ses convictions de côté. Quand tu te retrouves sur des plateaux à 4.000 mètres d’altitude et qu’une famille de Kirghizes, qui vit de l’élevage de Yaks, te propose de la viande, c’est trop violent, symboliquement, de refuser." Ce voyage est transformateur. De retour en Belgique, Texas cherche à allier ses réflexions et actions pour dessiner des futurs plus désirables. Dans une logique de création d’alternatives, il veut proposer des systèmes différents, plus résilients, reposant sur d’autres paradigmes.

Naissance de Remorquable

Et c’est lors d’un autre périple communautaire à vélo qu’il découvre les remorques-vélo. "Nos remorques transportaient le matériel de réparation, la trousse de secours, la nourriture, etc. On n’avait pas de voiture-balai. On était auto-suffisant." Texas trouve le concept révolutionnaire. Il cherche alors un bon prétexte pour construire, de ses propres mains, une remorque-vélo. "Et là, j’ai vu passer un appel à projets engagés sur le campus de l’ULB. J’étais déjà dans plein d’initiatives engagées, comme la bibliothèque à outils Tournevie. Je me suis dit que j’allais au moins avoir cette chouette idée qui allait pouvoir se concrétiser. J’ai donc rassemblé mon envie de créer des remorques-vélo tout en sachant que je n’en avais pas besoin au quotidien, et mon engagement chez Tournevie qui valorise la mutualisation des objets encombrants, chers et peu utilisés." Texas en parle autour de lui, à ses amis d’étude en sciences et gestion de l’environnement à l’ULB. Beaucoup sont enthousiastes. "On a constitué un dossier et obtenu cette première bourse qui nous a permis de créer les premières remorques-vélo nous-mêmes."

Texas Vandervliet

Cairgo Bike

L’ASBL Remorquable est alors créée à l’été 2018. De fil en aiguille, Texas parvient à décrocher quelques petits subsides à droite et à gauche jusqu’au moment où Bruxelles Mobilité vient le démarcher pour participer au projet Cairgo Bike, financé par Urban Innovative Action, qui vise à faire du vélo-cargo une alternative à la voiture et à la camionnette pour améliorer la qualité de l’air et de vie à Bruxelles. "À partir de là, on a eu des fonds structurels pour engager des gens et passer à la vitesse supérieure."

Dans le cadre de ce grand projet initié par Bruxelles Mobilité, l’ASBL Remorquable s’est fixé le défi de créer une cinquantaine de remorques-vélo, empruntables par les membres et dispersées aux quatre coins de Bruxelles. "L’objectif est d’offrir une alternative réaliste pour le transport de chargements. Notre projet s’inscrit dans une volonté de solidarité et veille à être accessible à chaque personne, grâce à des tarifs adaptés." Comptez entre 25 et 60 euros pour un abonnement à l’année, qui donne accès aux remorques-vélo pour une durée limitée. Remorquable fonctionne comme une bibliothèque, c’est un service de prêt et non un service de location où l’on paie à chaque utilisation. "On s’adresse plutôt aux particuliers, aux petites associations voire aux petits indépendants."

Texas Vandervliet

Réappropriation de l’espace public

Parallèlement au prêt de remorques-vélo, l’ASBL développe de nombreuses activités socioculturelles participatives pour se réapproprier l’espace public. Créer des moments de rencontres, d’échanges et prouver que beaucoup d’initiatives peuvent se tenir grâce à des remorques-vélo. "On a par exemple une remorque-atelier qui nous permet d’aller dans l’espace public pour apprendre aux gens à réparer leur vélo. On a également une remorque avec un système son intégré qui permet de s’ambiancer ou encore une remorque-ludothèque, etc."

Texas Vandervliet

Growfunding

Actuellement, l’ASBL Remorquable compte 150 personnes inscrites dont 60 membres actifs. "Le gros du travail maintenant est de se faire connaître largement. C’est notamment pour ça qu’on lance une campagne de financement participatif qui permettra aussi de nous aider à réaliser certains projets, de façon autonome, comme une remorque karaoké ou encore four à pizza. Mais, nous aimerions aussi soutenir de nouvelles dynamiques de réappropriation de l’espace public." C’est pourquoi une partie de l’argent récolté soutiendra matériellement et financièrement des groupes voulant implanter de telles initiatives.

Nécessaire, mais pas suffisant

Texas est heureux de contribuer à rendre plus accessible et démocratique le transport d’affaires encombrantes à vélo et de constater un réel engouement autour de ce projet. "Proposer quelque chose de concret est très satisfaisant et réconfortant car les retours sont toujours positifs. Après, personnellement, je me pose toujours la question suivante : Est-ce assez ?" Car, si Texas voit l’ASBL Remorquable comme une nécessité, un morceau de réponse face aux catastrophes écologiques et sociales, elle n’a pas la prétention d’être une solution durable. "Tant qu’on ne parlera pas sérieusement de décroissance énergétique qui rime avec décroissance économique, on est dans une impasse. On aura beau mettre autant de pistes cyclables qu’on peut, ce n’est pas ça qui va changer la donne. Car, quand une solution est présentée comme une source d’économie d’énergie, eh bien, le surplus dégagé est utilisé ailleurs. Il faut une vision plus systémique, imaginer et dessiner un monde au-delà du tout à la voiture, c’est-à-dire de notre addiction aux énergies fossiles."

Loading...

Ensemble pour la planète, des contenus pour comprendre et agir à retrouver sur RTBF. be et RTBF AUVIO !

Articles recommandés pour vous