RTBFPasser au contenu
Rechercher

Giro - Cyclisme

Thomas De Gendt, le grand retour du roi de l’échappée

15 mai 2022 à 03:00Temps de lecture2 min
Par Martin Weynants

Un cri rageur, un poing serré brandi dans le ciel de Naples, pas de doute ce succès-là Thomas De Gendt en rêvait plus qu’il ne l’espérait. Les décibels hurlés sur la ligne ont aussi permis d’évacuer des mois de frustration et de doute. Le roi de l’échappé n’est pas mort. Il est de retour.

"Le vieil homme a encore quelques tours", a tweeté le baroudeur de Semmerzake. En quelques mots De Gendt résume son état d’esprit des derniers mois et une certaine délivrance. Oui, il est encore capable de gagner. Ce 17e bouquet en carrière, le premier depuis mars 2021, a une saveur particulière. Malgré ses 35 ans, le coureur de Lotto-Soudal n’est pas fini et a encore un rôle à jouer dans les pelotons.

Une certitude qui s’était effilochée au fil des mois. Lui l'habitué à broyer ses adversaires à grands coups de watts, lui l'infatigable, il n’y arrivait tout simplement plus. Au Giro puis au Tour, il avait essayé de forcer les choses. Sans succès. Au point de ressentir une certaine lassitude et de penser sérieusement à la retraite. Ces doutes, il les a exprimés jusque dans la bio de son compte Twitter "cycliste anciennement connu comme le roi de l’échappée".

Loading...

Le retour du plaisir

Mais Thomas n’est pas du genre à abdiquer. Pas sans combattre en tout cas. Il a donc décidé de se donner une dernière chance et de se donner toutes les chances. Pour ça il a d’abord fallu retrouver le plaisir. Sans se départir du sérieux qui a guidé sa carrière.

Avec le sens de l’humour qui le caractérise, il s’est fixé des objectifs "accessibles", comme ce classement du meilleur De Gendt du Giro. Aimé De Gendt, le rival, s’est pris au jeu. Les deux coureurs se taquinent par tweets interposés. Simple blague au départ, le "défi" a pris de l’ampleur. La version néerlandaise d’Eurosport a même affiché ce ranking à part dans l’infographie de son direct. Après six étapes serrées, l’aîné a fait le break et fait grimper son avance à plus de 40 minutes en deux jours. Une anecdote finalement révélatrice d’un état d’esprit retrouvé.

Loading...

Et quand la tête va, le reste suit. Il a tenté de s’échapper dans la 7e étape. Raté. Mais il est reparti au turbin ce samedi. Mathieu van der Poel a allumé la mèche dès le km 2. Un groupe de 21 s’est dégagé en plusieurs temps avec du beau monde : VDP, Girmay, Ulissi, Poels, Martin, Calmejane, Schmid et surtout trois Lotto-Soudal (Moniquet, Vanhoucke et De Gendt). Le Néerlandais et l’Érythréen sont marqués. Davide Gabburo, Simone Ravanelli, Jorge Arcas, Harm Vanhoucke et De Gendt en profitent pour s’isoler à l’avant à une trentaine de bornes de l’arrivée. L’écart ne décolle jamais. La menace d'un retour plane.

Dans le final Van Houcke a plat ventre pour son équipier. La victoire se joue entre Arcas, Gabburo et De Gendt. La puissance de notre compatriote est supérieure. Une course dure, un sprint entre hommes aux jambes élimées par les efforts. Du cousu main pour Thomas. "J’étais sûr de gagner", assure-t-il dans son débrief d’après étape.

La confiance est de retour. Le roi de l’échappée aussi. Les adversaires sont prévenus.

Loading...

Articles recommandés pour vous