Thomas Enhco, pianiste et compositeur : " J'aime qu'on voie le geste artistique, mais pas forcément tout ce qui le précède"

19 mars 2021 à 16:19 - mise à jour 19 mars 2021 à 16:19Temps de lecture5 min
Par Laurent Graulus

Thomas Enhco est né en France, en 1988.

Fils de la chanteuse lyrique Caroline Casadesus, petit fils du chef d'orchestre Jean-Claude Casadesus, beau-fils du violoniste de jazz Didier Lockwood, et fils de l'éditeur Jean-Etienne Cohen-Séat, lui-même mélomane et excellent pianiste amateur, la musique semble avoir toujours fait partie de la vie de Thomas Enhco.

"Tout petit", nous racontera notre invité, " Ma mère nous chantait des airs d'opéra a capella, comme ceux de Richard Strauss par exemple (ndlr. : David, son frère, est trompettiste), cela a probablement été mon premier contact avec la musique. Quant à mon père, Jean-Etienne Cohen-Séat, éditeur de livre, et grand mélomane, j'aimais m'installer sous le piano quand il était au clavier. Il nous racontait des histoires en lien avec la musique qu'il jouait. "

A l'âge de 4 ans, la mère de Thomas divorce, et épouse le violoniste de jazz Didier Lockwood. C'est à ce moment-là que le jeune Thomas découvre le jazz, et très singulièrement le monde de l'improvisation, par le biais de Lockwood, mais aussi de tous ses amis jazzmen qui passaient à la maison familiale.

Le jeune enfant avait déjà commencé le violon à l'âge de 3 ans, grâce à sa mère. A l'âge de 6 ans, il se met au piano, et c'est au même moment qu'il commence le jazz . C'est Didier Lockwood qui enseignera le jazz à Thomas et son frère David, du moins au tout début. Le grand violoniste français qui avait une passion pour la transmission, ouvrira peu après une petite école de jazz, devenue une grande école aujourd'hui, et dans laquelle Thomas Enhco enseigne désormais, mais dans laquelle il fut d'abord élève.

Notre invité a donc été baigné à la fois dans la tradition orale du jazz avec Didier Lockwood, et ses amis musiciens, mais a aussi reçu une solide formation théorique.

Thomas entreprendra ensuite des humanités musicales, où tous les après-midis étaient dédiés à la musique, qu'il étudiait et pratiquait dans l'école de jazz fondée par Didier Lockwood.

"Dès le moment où j'ai commencé le piano (ndlr; : à 6 ans) ", nous confiera le pianiste, " J'ai commencé à composer. Très vite, Didier Lockwood m'a incité à consigner par écrit mes compositions, juste pour que je m'en souvienne ! "

A l'âge de 16 ans, le jeune pianiste est admis dans la section "Jazz" du Conservatoire national supérieur de Musique de Paris, dont il sera exclu 2 ans plus tard, pour avoir préféré une tournée de concerts avec Didier Lockwood, à une session d'examens dans l'institution parisienne. Peu après, Thomas complètera sa formation, en revenant étudier dans l'école de Jazz de Didier Lockwood.

Repéré par un producteur japonais, il tournera ensuite beaucoup au Japon, en trio, et passera aussi quelques années à New York, où il jouera également essentiellement en "piano trio" : piano, contrebasse, batterie.

Jusqu'en 2014-2015, la carrière fulgurante de Thomas Enhco se fera exclusivement dans le jazz, mais à partir de ce moment-là, il commencera à collaborer de plus en plus souvent avec des musiciens classiques.

L'on ne peut séparer le compositeur du pianiste, tant la composition a toujours été omniprésente et fondamentale dans la vie de notre invité. Aujourd'hui, Thomas Enhco ne compose plus seulement du "jazz", mais aussi du répertoire classique. En 2019, dans son disque "Thirty", il dévoilait son 1er Concerto pour piano. Il en a depuis écrit un 2e, ainsi qu'un Concerto pour piano et marimba.

A ce propos, et c'est là l'une des collaborations les plus flamboyantes de Thomas Enhco, il collabore depuis près de 13 ans avec la marimbiste bulgare Vassilena Serafimova.

En 2016, ils faisaient paraître leur 1er disque en duo, "Funambules" chez Deutsche Grammophon.

Leur 2e disque "Bach mirror", paraît en ce moment, chez Sony.

Une production qui est consacrée à des transcriptions et des recompositions de quelques grands thèmes de J-S.Bach, mais aussi de compositions originales, traversées par l'influence du Maître de Leipzig.

Un duo extraordinaire, dans lequel la connivence, l'instinct et le travail résonnent à tout instant !

"Nous n'avons plus vraiment besoin de nous regarder", nous dira le pianiste, "Nous le faisons juste pour le plaisir d'échanger nos regards"

Aujourd'hui, on peut découvrir Thomas Enhco en "piano trio", en solo, en duo avec Vassilena Serafimova, mais aussi dans du répertoire symphonique, qu'il compose et joue désormais, et dans lequel il semble tellement à l'aise !

Musicien extrêmement cultivé, à la technique en béton, il possède cette double culture si rare : d'une part, celle du jazz et de tous ses codes qu'il a intégrés très jeune; il est d'autre part aussi extrêmement convaincant quand il aborde le répertoire classique, que cela soit en tant que compositeur, ou en tant qu'interprète.

Thomas Enhco : un musicien créatif et joyeux; un homme profond, et léger à la fois, et infiniment généreux de son Art et de son savoir.

Bonne écoute !

Réalisation et présentation : Laurent GRAULUS

Ci-dessous, la programmation musicale détaillée de notre entretien :

Richard RODGERS - "My funny Valentine" Live à Munich en 1986. Keith Jarrett, piano; Gary Peacock, contrebasse et Jack DeJohnette, batterie. ECM.

Thomas ENHCO - "Avalanche", extrait de "Bach mirror". Thomas Enhco, piano et Vassilena Serafimova, marimba. SONY.

J-S. BACH - "Sheep may safely graze", de la Cantate BWV 208. Extrait de "Bach mirror". Thomas Enhco, piano et recomposition. Vassilena Serafimova, marimba. SONY.

Chick COREA - "Chick's tune, extrait de "The thing to do" (1964). Chick Corea, piano; Blue Mitchell, trompette; Junior Cook, sax ténor; Gene Taylor, contrebasse et Al Foster, batterie. BLUE NOTE.

Arthur SCHWARTZ - "You, and the night, and the music", extrait de "Someday my prince will come (2009). Thomas Enhco, piano; Joachim Gauvin, contrebasse et Nicolas Charlier, batterie. SONY.

Thomas ENHCO - "La fenêtre et la pluie", extrait de "Fireflies" (2012). Thomas Enhco, piano; Chris Jennings, contrebasse et Nicolas Charlier, batterie. LABEL BLEU.

Thomas ENHCO - "Watching you sleep", extrait de "Feathers" (2015). Thomas Enhco, piano. UNIVERSAL.

Thomas ENHCO - "Turning thirty", extrait de "Thirty" (2019). Thomas Enhco, piano. SONY.

W.A. MOZART - Sonate pour deux pianos, KV 448 (3e mvmt). Extrait de "Funambules". Thomas Enhco, piano et Vassilena Serafimova, marimba. DEUTSCHE GRAMMOPHON.

Thomas ENHCO - "Sur la route (On the name of Bach)", extrait de "Bach mirror". Thomas Enhco, piano et Vassilena Serafimova, marimba. SONY.

Thomas ENHCO - 3e mouvement du 1er Conceto pour piano. Extrait de "Thirty" (2019). Thomas Enhco, piano et l'ensemble Appassionato, dirigé par Mathieu Herzog. SONY

Sur le même sujet

Le jazz en version dessin animé, un road movie onirique sur les traces d’un renard

Journal du classique

Ella Fitzgerald : "Ce qui compte, ce n’est pas d’où tu viens mais où tu vas"

Articles recommandés pour vous