Diables Rouges

Thomas Meunier : "Les Pays-Bas ont joué le match parfait et on a réagi contre la Pologne"

Thomas Meunier à l’entraînement avant le match face au pays de Galles.

Alors que les Diables s’apprêtent à disputer leur 3e match de Nations League face à leur bête noire, le pays de Galles, samedi soir, un joueur s’est, comme le veut la tradition, présenté aux journalistes pour la traditionnelle conférence de presse d’avant-match. Face à la presse ce vendredi, Thomas Meunier, qui pourrait honorer sa 56e sélection samedi.

Thomas, quels sont les jeunes qui vous impressionnent à l’entraînement ?

"Ils sont nombreux les jeunes qui ont montré quelque chose ces derniers jours. Arthur Theate, Amadou Onana, Loïs Openda… Honnêtement, il y a du niveau. Quand les anciens partiront, je suis sûr qu’ils seront prêts. Je suis en tous les cas optimiste. Cette intégration va, j’en suis sûr, permettre l’éclosion de nombreux talents à terme. "

Focus sur le match de ce samedi. Ça a souvent été très compliqué contre les Gallois…

"Il y a eu le match à l’Euro… Et ici, récemment, on a partagé 1-1. Mais nous n’avions rien à gagner et eux, au contraire, devaient encore prendre quelque chose pour espérer se qualifier pour les barrages qualificatifs à la prochaine Coupe du Monde… Je l’ai toujours dit : c’est à nous de décider du sort d’un match. On l’a fait contre la Pologne… pas face aux Pays-Bas. Qu’il y ait ou non des changements dans l’équipe, c’est aux joueurs présents sur le terrain de saisir leur chance pour faire partie du noyau. "

Les critiques subies après le match face aux Pays-Bas vous ont-elles affecté ? Toby Alderweireld, par exemple, les avait vécues personnellement…

"Contre les Pays-Bas, nous étions tous mauvais. Et les critiques étaient justifiées. Mais je trouvais cela injuste de remettre en cause le travail du staff, du coach. Dire que ces 3 dernières années n’ont servi à rien était injuste. Nous travaillons toujours de la même manière. Nous sommes tombés dans le piège hollandais tout simplement. Nous avons été amateurs à certains moments face à une équipe qui a été très efficace. En cas de défaite, les joueurs sur le terrain sont davantage responsables que le staff. Mais on a vu que quand on veut jouer, on peut jouer. Même si la Pologne n’est pas les Pays-Bas. On lui a quand même mis six buts."

Le coach était assez fâché que l’on ait remis en question la motivation des joueurs.

"C’est comme aller à l’école hein. C’est chiant mais une fois que tu es derrière ton bureau tu es obligé d’être là. Donc autant essayer de faire le boulot comme il faut. Ce serait un manque de conscience professionnelle de bâcler une rencontre volontairement. Cela n’a pas été le cas. Mais certains efforts que l’on produit habituellement n’ont pas été réalisés dans cette rencontre. Contre le Pays-Bas, une équipe était à 100% et l’autre à 85% ou 90%. Mais notre réaction a été la bonne réponse."

Mais encore ?

"On peut signer un mauvais match, mais être nul à ce point-là c’est quand même rarissime. Je ne vais pas dire que j’ai presque apprécié voir la Hollande jouer, mais elle a fait le match parfait. Elle produisait un jeu offensif, très propre, très simple… Nos vingt premières minutes étaient plutôt bonnes quand on a pu jouer avec Romelu en soutien. Quand on l’a perdu c’était plus compliqué. Mais je souhaite retenir la réaction face à la Pologne. "

Votre avis négatif par rapport à la Ligue des Nations a-t-il évolué ?

"Non. Mais cette compétition me permet de voir si ma rééducation s’est bien passée… Toutes les fédérations l’acceptent car elles s’y retrouvent financièrement. Tous les joueurs du groupe pensent comme moi. Qualifs, tounois internationaux, un ou deux matches amicaux, ok."

 

Articles recommandés pour vous