Regions

Tinlot : des visiteurs malveillants s’en prennent la nuit à un camp de scouts installé à Fraiture

Le camp de scouts de Fraiture a été victime de visites malveillantes

© RTBF – Martial Giot

28 juil. 2022 à 15:36Temps de lecture1 min
Par Martial Giot

Certains camps de scouts sont parfois victimes de visites nocturnes malveillantes. Des individus cherchent à faire peur aux scouts, chahutent, voire dégradent ou même commettent des vols.

Cette semaine, des vandales s’en sont, par exemple, pris à un camp de scouts néerlandophones établi à Stavelot.

Ailleurs en province de Liège, le camp installé Fraiture, sur la commune de Tinlot, par d’autres scouts néerlandophones âgés de 12 à 18 ans a reçu plusieurs visites intempestives. Les auteurs sont sans doute du coin. Ils semblent bien le connaître en tout cas. Ils agissent la nuit. Le responsable du camp raconte : "Ils sont venus en voitures et pendant la nuit, entre deux et cinq heures du matin, ils ont jeté des pétards pirates etc. Ils sont passés tout près des tentes. Eux, ils pensent que c’est un jeu. Mais pour nous, c’est embêtant. C’est pour ça que nous sommes plus attentifs et que nous avons averti la police et aussi la bourgmestre qui a lancé un appel aux gens des environs de tenir aussi un coup d’œil.".

Les enfants dormaient au moment des faits et ils ne se sont rendu compte de rien.

Des faits isolés et d’une ampleur limitée

Les faits sont d’une ampleur limitée. Mais la police est attentive, comme le confirme l’inspecteur principal Fabian Dufoin de la zone de police du Condroz : "On a sensibilisé nos équipes à ce type de problème, ceux qui sont prévus de soirée et éventuellement de nuit ainsi que les inspecteurs de quartier qui ont l’habitude de passer prendre contact avec les dirigeants des camps scouts et ils vont être attentifs à cette problématique.".

La police du Condroz cherche évidemment aussi à identifier les auteurs. "Le seul problème, c’est que les faits s’étant passés principalement de nuit, on n’a pas eu les informations des véhicules. Si on avait eu au moins une marque d’immatriculation, on aurait peut-être pu identifier un des propriétaires des véhicules.", relève l’inspecteur principal Fabian Dufoin.

Précisons encore qu’il s’agit d’un cas isolé sur le territoire couvert par la zone de police du Condroz, un territoire qui accueille de nombreux camps de mouvements de jeunesse.

Articles recommandés pour vous