RTBFPasser au contenu
Rechercher

Quel Temps!

Tombe la neige ! Quand la neige s’invite dans les chansons de Salvatore Adamo

05 janv. 2022 à 11:06 - mise à jour 05 janv. 2022 à 11:07Temps de lecture3 min
Par Bénédicte Duval

Les bonshommes de neige, les batailles de neige, la luge sont souvent des moments heureux vécus durant l’enfance et auxquels on pense parfois avec nostalgie. Les premiers flocons qui tombent restent fascinants que l’on soit petit ou grand.

Pour Salvatore Adamo, ces instants joyeux sont inoubliables : "C’était vraiment un moment dont on se réjouissait. A cet âge-là, on ne pense pas qu’il y a des gens qui en souffrent, qui sont dans le froid. Nous, on en profitait et on jouait même au football dans la neige jusqu’à l’âge de 18 ans. Il y avait une euphorie en plus quand on se roulait dans la neige. C’était joyeux !".

Pixabay

La neige, Salvatore Adamo, s’en inspirera pour écrire à 18 ans, une de ses plus grandes chansons : Tombe la neige. Une chanson, sortie durant l’été 1963, inspirée par une histoire personnelle : "Je devais avoir un rendez-vous avec ma petite amie de l’époque et la neige a fait qu’elle n’est pas venue. A 18 ans et surtout qu’on est sicilien, on a tendance à un peu exagérer les choses et j’en ai fait un drame. Mais peut-être que la mélodie ou l’ambiance me vient d’une chanson apprise quand j’étais élève de Monsieur Cousteau à l’école Saint-Hubert. Si j’avais vécu au Québec, je n’aurais sans doute pas écrit la chanson parce qu’ils sont très bien équipés pour la neige et donc, il n’y a pas de rendez-vous manqués à cause de la neige au Québec".

Même si la neige laisse de beaux souvenirs à Salvatore Adamo, elle lui a parfois joué des tours.

"Une fois, j’étais à Montréal, je devais chanter à Ottawa le soir. Lorsque je me réveille, je m’aperçois qu’il y a une tempête de neige et que tout est bloqué. L’organisateur qui devait m’emmener à Ottawa me précise qu’on ne pourra pas y aller et je suppose qu’il a averti l’organisateur local. A un moment donné, on m’appelle et on me dit mais de manière assez agressive : "Vous allez vous dépêcher !". Mais, il y a une tempête de neige ! Et là, on me répond qu’à Ottawa, il n’y a pas de neige. L’organisateur pensait que j’avais annulé sur un coup de tête. Ça, ça arrive au Québec !".

 

Franck Villano

Il est difficile d’évoquer la neige sans penser aux fêtes de fin d’année. Début des années 70, Salvatore Adamo s’inspire de Noël et de ce que cette période représente, pour rendre hommage à une grande dame : "J’ai fait une chanson qui s’appelle Noël sur les Milandes que j’avais dédiée à Joséphine Baker. Il y a quelques semaines, Joséphine Baker est entrée au Panthéon mais malheureusement, tout le monde ne l’a pas aidée en temps voulu. Elle n’arrivait plus à trouver des fonds pour nourrir les enfants qu’elle avait adoptés. A l’époque, je lui avais même donné le fruit de la vente du disque. C’est une chanson assez triste mais Noël, heureusement, reste une fête de retrouvailles. Et les retrouvailles, on les veut toujours joyeuses. Et nous, les émigrés, on est un peu loin des uns des autres et à Noël, se retrouver juste pour Noël, c’est sacré".

En dehors de cette période de Noël, les saisons ont inspiré Salvatore Adamo : "J’ai fait Une ballade à la pluie, j’ai fait Pluie, j’ai fait Il pleut dans ma chanson. J’ai aussi une chanson qui évoque le vent : Une larme aux nuages, accroche une larme aux nuages et laisse le vent l’emporter. Donc, les éléments m’inspirent beaucoup parce que j’ai beaucoup lu Verlaine et Baudelaire et les éléments étaient capitaux à l’époque. Le changement de paysage m’inspire beaucoup. J’ai fait, J’avais oublié que les roses sont roses. J’ai une chanson qui n’est sortie qu’au Japon et là, finalement c’est un petit peu la synthèse des deux qui s’appelle Printemps sous la neige. Je pense qu’on est tous un petit peu porté par les saisons : l’été nous remet en joie la grisaille de l’automne !".

Et si, Salvatore Adamo doit choisir entre le soleil ou la neige, son cœur de sicilien penche inévitablement du côté du soleil : "J’ai fait du ski une fois dans ma vie mais, le soleil, j’en suis fou. Vous devez d’ailleurs me pendre par la peau du dos pour m’enlever du soleil tellement j’aime ça !".

Quel temps

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous