Icône représentant un article audio.

Regions Liège

Toujours ardente, la cité ardente ? Pour Liège en Prime, Lily Portugaels analyse ce qu'elle se refuse à appeler le déclin d'une métropole

Liège en Prime

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

23 sept. 2022 à 22:00 - mise à jour 25 sept. 2022 à 05:15Temps de lecture12 min
Par Michel Grétry

Ancienne directrice de La Gazette de Liège pour La Libre Belgique, Lily Portugaels observe depuis un demi-siècle la vie politique liégeoise. Son regard journalistique acéré sur les hommes, les femmes et les événements permet de comprendre les causes, et peut-être d'appréhender les conséquences, de la perte d'influence principautaire au niveau national. L'interminable feuilleton des tractations pour obtenir le financement du tram, puis les rertards de chantier constituent sans doute un symbole d'une métropole qui n'avance plus.

Est-ce seulement la suite logique des crises économiques à répétition?  Est-ce l'absence de projet rassembleur depuis l'échec de la candidature à une exposition internationale voire le renoncement au titre de capitale de la culture? Faut-il remobiliser les "forces vives" dans une stratégie d'union sacrée, comme ont pu, su, voulu le faire les Gol, Grafé et Cools? Et si oui, comment ? Dans une période de bipolarisation, avec des centristes réduits à portion congrue, est-ce encore à l'ordre du jour?  Et surtout, avec qui ? Qui pour prendre le leadership ?

epuis les départs des Reynders et Onkelinx, depuis les décès des pères Mathot et Daerden, les décideurs semblent manquer de carrure: personne ne paraît en mesure de s'imposer dans un futur proche, peut-être parce que la vieille génération s'est ingéniée à étouffer la relève. 

Des propos mi-figue mi-raisin, qui n'empêchent pas Lily Portugaels de ponctuer ses réflexions sur sa profession de foi, sur cette citation gravée au pied de la cité administrative: "Les Liègeois ont toujours relevé leurs crestes"...

Articles recommandés pour vous