Viva Week-End

Tourisme : à Tubize, l’eau d’un puits soignerait les maladies des yeux et de la peau

© Office Tubizien du Patrimoine

Beaucoup de maisons ont été rénovées, de nouvelles habitations ont été construites et des commerces ont ouvert. Ces dernières années, la ville du Brabant wallon s’est métamorphosée.

Certains y résident, d’autres viennent y puiser l’eau miraculeuse dans un puits lové dans un village de l’entité, l’équipe nationale belge de football s’y entraîne.

 

Les Forges de Clabecq

Jusqu’à la fin du 20ème siècle, Tubize est étroitement liée à la sidérurgie belge. A 20 kilomètres de Bruxelles, les Forges de Clabecq étaient un haut lieu de l’industrie sidérurgique.

Trois cours d’eau et plus tard le canal Charleroi Bruxelles ont contribué au développement de la métallurgie.

Les années 90 leur seront fatales. Après une croissance constante depuis le 19ème siècle, les hauts fourneaux s’éteignent à jamais laissant des familles dans la déroute et la douleur et un site à l’abandon alors qu’il recèle un précieux pan de l’histoire de la région.

Malgré le démantèlement du site depuis 2008, certains bâtiments pourront être conservés, notamment le château d’eau.

Un nouveau projet est à l’étude. L’aboutissement de 2000 à 2500 logements est prévu dans les deux décennies à venir.

 

Le musée de la Porte

Contrairement à ce que son nom laisse a priori sous-entendre, le Musée de la Porte n’est pas un antre de portes, portiques et poternes. La ferme dans laquelle sont installées les collections prête son nom au musée d’archéologie, d’art et d’histoire.

On y voit notamment des pièces préhistoriques et romaines de la région. Des objets et documents pérennisent également le passé industriel de Tubize. Un éventail d’objets religieux, relativement en danger dans les paroisses avoisinantes, notamment pour des questions de sécurité, y sont conservés.

Quelques centaines de visiteurs découvrent chaque année le musée ouvert du mardi au samedi.

 

Un puits possédant une eau réputée miraculeuse

Chaque week-end, plusieurs pèlerins viennent à Saintes, un des villages de l’entité, y puiser l’eau du puits Sainte-Renelde qui selon les croyances soulagerait les maladies des yeux et de la peau. Sa réputation thérapeutique attire les intéressés.

La fontaine gothique est protégée par des murs d’enceintes du 16ème siècle. La margelle est surmontée d’une structure en fonte surmontée de la statue de la sainte.

Sainte Renelde, qui a vécu à la même époque que Sainte Waudru de Mons et Sainte Gertrude de Nivelles, était la fille d’un comte et la sœur de sainte Gudule. Assassinée, elle est considérée comme martyre par l’Église catholique.

Un moulin à vent bientôt réhabilité

Le moulin à vent en brique sur un tertre date du 18ème. Intacte, la machinerie en bois moudra le grain dans moins d’une quinzaine de mois lorsque les travaux seront terminés. Un centre d’interprétation présentera aux visiteurs l’histoire de l’éolien.

 

Deux événements incontournables

Le calendrier de la ville compte deux événements patrimoniaux majeurs : le tour Sainte Renelde à la Trinité et le Tour Saint Véron le lundi de Pâques.

Le premier est une cavalcade reconnue comme chef-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de la Fédération Wallonie Bruxelles. Un char porte les reliques de la sainte. La procession fait à peu près 30 km.

Le Tour Saint Véron vient de Lembeek près de Halle en région flamande. C’est l’une des rares marches militaires qui enjambent deux régions. Le cortège du lendemain de Pâques passe par Clabecq et Tubize.

 

Saintes et Oisquercq

Les deux villages de l’entité recèlent diverses richesses architecturales et patrimoniales : des fermes brabançonnes, des églises et un calvaire breton près de l’église de Oisquercq. La pièce remarquable fut offerte par un Breton installé à Tubize. Attaché à sa région d’adoption, il tint à lui faire cadeau d’un présent lié à ses racines.

 

Le centre d’entraînement de l’équipe nationale belge de football

L’Union belge de Football y a installé son quartier général. Les Diables Rouges s’y entraînent de même que d’autres clubs professionnels belges, étrangers. Les entraîneurs et arbitres y sont formés.

Pour plus de balades en Belgique et ailleurs, rendez-vous dans Viva Week-end les samedis et dimanches de 6h à 9h sur VivaCité.

Sur le même sujet

Tourisme : Lavaux-Sainte-Anne : une histoire d’amour a sauvé le château

Viva Week-End

Tourisme : Jeanne d’Arc, la femme qui fait toujours vivre Rouen

Viva Week-End

Articles recommandés pour vous