RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions

Tourisme: Airbnb demande au gouvernement bruxellois de clarifier et simplifier les règles

25 avr. 2022 à 16:11Temps de lecture2 min
Par Jérôme Durant

La plateforme multinationale numérique d'hébergement touristique Airbnb demande une clarification et une simplification des règles auxquels les hôtes doivent se soumettre dans la capitale belge et de l'Europe.

Elle a adressé lundi un courrier dans ce sens au ministre-président bruxellois, Rudi Vervoort, avec copie au bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Philippe Close, et au parlement régional. Selon la directrice des affaires publiques, Europe d'Airbnb, Juliette Langlais, un Bruxellois qui souhaite s'enregistrer auprès des autorités pour louer son logement quelques jours en son absence, doit se conformer à de "lourdes obligations".

"Afin d'obtenir un numéro d'enregistrement, les hôtes doivent remplir un formulaire de 17 pages assorti de jusqu'à 18 pièces administratives différentes. Les hébergements doivent respecter des dizaines d'obligations d'équipements", a-t-elle ajouté.   Dans son courrier adressé au ministre-président bruxellois, Airbnb plaide en faveur d'une procédure administrative "simple, rapide et harmonisée" pour les loueurs occasionnels, via un système de notification ou d'enregistrement en ligne, le numéro d'enregistrement étant alors délivré immédiatement par les autorités.   

"Une partie des obligations préalables à l'enregistrement pourraient par ailleurs être allégées au bénéfice d'un contrôle a postériori, grâce notamment au transfert d'informations par les plateformes de location meublée touristique aux administrations compétentes.", lit-on encore dans le courrier adressé à Rudi Vervoort (PS).    

Airbnb s'y engage également à rendre obligatoire la mention du numéro d'enregistrement sur les annonces publiées sur son site dans la Région bruxelloise, "ainsi que nous l'avons déjà fait pour des dizaines de villes telles qu'Amsterdam, Paris, Lille, Strasbourg, Hambourg, Athènes, etc".  Dans ce même contexte de simplification, et dans le respect des législations sur la protection de la vie privée, Airbnb "s'engage à mettre à disposition son 'Portail des territoires', permettant aux autorités bruxelloises de contrôler la bonne utilisation des numéros d'enregistrement mais aussi d'accéder à des données statistiques relatives à l'activité sur la plateforme Airbnb.    

Selon la multinationale, la plupart des hôtes sur Airbnb à Bruxelles sont aujourd'hui des familles qui louent de temps en temps tout ou partie de leur logement. Les annonces louées sur la plateforme à Bruxelles le sont une cinquantaine de jours par an en médiane, soit quelques jours par mois. Un quart de ces mêmes annonces sont des chambres chez l'habitant.   

"Dans cette période difficile de hausse du coût de la vie, la location occasionnelle à des touristes apporte un gain de pouvoir d'achat non négligeable aux Bruxellois: l'été dernier, les hôtes bruxellois ont gagné un revenu médian de 1.200 euros", a-t-elle encore fait valoir. Selon Juliette Langlais, la lourde procédure d'enregistrement a priori mise en place en Région bruxelloise constitue un obstacle de taille à la mise en location temporaire de leur bien par les habitants. Elle fait même figure d'exception à l'échelle de l'Europe, mais aussi en Belgique.  En Wallonie, l'hôte peut se contenter d'une déclaration sur l'honneur d'exploitation, en ligne. Le régime en Flandre est assez comparable, a-t-elle indiqué par ailleurs. D'après la directrice des affaires publiques d'Airbnb pour l'Europe, la Commission européenne a ouvert une enquête sur le dispositif actuellement en vigueur à Bruxelles.

 

Sur le même sujet

Airbnb fait mieux qu'avant la pandémie et table sur une demande forte pendant toute l'année

Economie

Articles recommandés pour vous