Voyages

Tourisme : numériser l'offre de loisirs, défi de taille et territoire convoité par les Gafa

Tourisme : numériser l'offre de loisirs, défi de taille et territoire convoité par les Gafa.

© Philippe TURPIN

13 sept. 2022 à 08:00Temps de lecture3 min
Par RTBF avec AFP

Si prendre sur internet ses billets d'avion, sa chambre d'hôtel ou son ticket d'entrée pour le Louvre est devenu banal, en revanche, réserver des activités de loisirs (vélo, kayak, excursions) pour ses vacances l'est beaucoup moins : numériser cette offre éclatée pose un défi au secteur du tourisme et attise les convoitises.

La plateforme Alentour propose 10.000 activités de loisirs en France

Pour pallier ce manque, la plateforme Alentour, créée il y a un an sous l'impulsion du gouvernement français, propose aux voyageurs des activités proches de leur hébergement réservables sur smartphone à leur arrivée et "permet aux prestataires d'être réservables en ligne", explique Timothée de Roux, son président.

Son offre s'est étoffée grâce au rachat en mai du site de réservation en ligne d'activités de plein air Manawa.com et au partenariat noué avec le site d'e-commerce Veepee, dit M. de Roux, ex-directeur général d'Abritel HomeAway (Expedia Group). La plateforme a aussi développé des partenariats avec les clubs de vacances Belambra et Pierre et Vacances, notamment.

Alentour affiche aujourd'hui 10.000 activités connectées (sur un marché potentiel de 150.000 activités de loisirs) et dispose de 2.400 points de distribution en France (hôtels, offices du tourisme...), principalement en Savoie, Haute-Savoie et Côte d'Azur, où elle a démarré.

Car autant "acheter en ligne ses billets pour la Tour Eiffel est aisé, autant si vous voulez prendre un cours de surf à Biarritz, c'est compliqué".

En effet, les petites entreprises de location (kayak, parapente...) sont peu accessibles sur internet, souligne M. de Roux.

Agréger cette myriade d'offres est un travail de fourmi. C'est pourquoi les grosses plateformes internationales type Booking ou Expédia se concentrent pour l'instant sur la "vente d'activités ultra touristiques, iconiques" (visite du Château de Versailles, du Musée d'Orsay) et Alentour, qui les propose aussi, veut "faire la différence sur les petits prestataires d'activités", affirme M. de Roux, qui vise "30.000 activités référencées dans cinq ans".

Un "axe stratégique" pour Booking.com

A La Rochelle, Marie Nevers, responsable de la base de location Air Water Loisirs, se réjouit de "la visibilité apportée" depuis quatre ans par Manawa.com et deux autres plateformes, sport-decouverte.com et adrenactive.com, qui référencent ses activités nautiques (jetski, bateau, paddle...). "On nous voit un peu plus, on a un bon référencement", dit-elle. 

"Les nouvelles générations pré-réservent souvent leurs activités avant d'arriver", note-t-elle.

Détenu majoritairement par la Banque des territoires, Alentour vise aussi à éviter que le dernier segment de la filière touristique à ne pas être numérisé ne soit "totalement dépendant des grandes plateformes américaines", qui captent "80% des réservations hôtelières" aujourd'hui et qui s'intéressent de près à ce créneau, dit M. de Roux.

Présent dans 154.000 destinations et 226 pays, avec 29 millions d'hébergements référencés, le géant Booking.com a commencé à proposer des activités réservables sur sa plateforme en 2016 : encore limitée, son offre compte aujourd'hui 40.000 "attractions" : visites, activités sportives, culturelles...

Son ambition est de proposer d'ici quelques mois "des activités dans 2.000 destinations dans le monde", soit près du double de l'offre actuelle. "Nous sommes très concentrés sur cet axe stratégique, nous souhaitons faire le plus vite possible", dit Malena Gufflet, sa directrice générale en France.

Les régions et territoires innovent en ligne

Des partenariats avec Musement, la filiale de TUI en 2020, et Viator, celle de Tripadvisor l'an dernier, ont permis à Booking d'étoffer son offre. Le site veut nouer "d'autres partenariats avec de grands groupes spécialisés" mais aussi référencer des attractions de structures indépendantes. "Les voyageurs cherchent vraiment une offre multiple, complète, avec le vol, le transport, l'attraction… et que tout soit relié à un seul réseau de paiement : c'est ce que nous offrons", affirme Mme Gufflet.

Le concurrent Expedia a indiqué ne pas communiquer sur le sujet.

De leur côté, les régions innovent, avec l'appui des Comités régionaux du tourisme (CRT) pour mettre en valeur leur offre touristique. L'Ile-de-France a lancé trois applications : le jeu de pistes "Paris Région Aventure" pour les enfants, les parcours dans la nature "Bougeott" et un carnet de voyage personnalisé. "Quand vous arrivez dans les points d'information tourisme des aéroports, de Versailles ou de Disneyland opérés par le CRT, vous dites que vous adorez le sport, le Moyen-Age ou les impressionnistes et on vous fait un carnet de voyage digital qui correspond à vos envies", a expliqué Valérie Pécresse, la présidente de la région Ile-de-France, lors d'un récent bilan touristique.

Sur le même sujet

National Geographic a trouvé les meilleures destinations pour un voyage inclusif

Voyages

"Superbe été" touristique en Espagne, plus de recettes qu'avant le Covid

Monde Europe

Articles recommandés pour vous