RTBFPasser au contenu
Rechercher

Actualités locales

Tournai : La flèche de la grue effondrée enfin évacuée du Chwapi

18 juil. 2022 à 12:02Temps de lecture2 min
Par Nicolas Rondelez et Nina Zanatta

Le 18 février, la violente tempête Eunice qui balayait notre pays provoquait la rupture et l’effondrement d’une grue sur le Chwapi, le Centre Hospitalier de Wallonie Picarde à Tournai dont les travaux touchaient à leur fin. Seul le grutier était blessé, mais la partie supérieure de la grue, le contrepoids, la cabine et la flèche, désolidarisés du mât, dans leur chute, éventraient le dernier étage du flambant neuf bâtiment, imposant l’évacuation des patients et du personnel soignant du service de gériatrie.

RTBF

Une enquête demandée

Depuis lors et jusqu’à la fin juin, rien n’avait alors pu bouger. Le mât était resté dressé face au bâtiment et le reste de la grue toujours encastré dans la toiture et le dernier étage de l’hôpital. En cause, une enquête diligentée par l’auditorat du travail afin de définir les causes du sinistre. Il y a eu les vents violents de la tempête Eunice, bien sûr. Mais il s’agissait aussi de comprendre à quel endroit et pour quelle raison la structure a rompu. Cette enquête a duré 4 mois avant que l’auditorat autorise, au mois de juin, le déplacement de la grue. Son déplacement, pas sa récupération par le réparateur. Les éléments de l’engin seront stockés non loin car ils doivent rester disponibles pour des analyses complémentaires. Le 26 juin dernier, on procédait à l’enlèvement du mât.

La flèche sera démontée et enlevée pièce par pièce.

RTBF

Place à présent à l’enlèvement de la partie de la grue qu’il s’est encastrée dans le dernier étage du Chwapi. Une opération qui devrait prendre huit jours. Pour des raisons de sécurité, cela se fera pièce par pièce. Avec des mesures particulières, explique Hugues Hollebeke, responsable du chantier : "les éléments disloqués seront découpés au chalumeau. Cela se fera sous la surveillance des pompiers afin d’éviter tout risque d’incendie des matériaux d’isolation du bâtiment endommagé". Les travaux ont débuté ce matin avec l’enlèvement du contrepoids composé de lourds éléments de bétons pour un total de 20 tonnes. Le reste de la structure à évacuer représente environ 50 tonnes supplémentaires.

Evaluation des dégâts et reconstruction

Ce n’est qu’une fois que les restes de la grue auront été évacués que l’accès aux contours complets du sinistre sera rendu possible. Didier Lefèvre, directeur des infrastructures du Chwapi l’explique : "tant qu’on avait ces masses anormales sur la toiture, le bâtiment était tout à fait inaccessible. L’expertise ne va réellement commencer que quand les risques concernant la stabilité seront écartés. On pourra alors enfin évaluer et chiffrer les dégâts". Alors seulement la reconstruction des étages détruits pourra débuter. Une étape qui prendra sans doute plus d’un an.

Sur le même sujet

Tournai (Ramegnies-Chin) : un obus de la deuxième guerre trouvé près de l'Institut St-Luc et détruit

Regions

Articles recommandés pour vous